Ça fait l'actu !

Un parthénon de livres interdits pour dénoncer la censure

Brève
La Rédaction , le 10 juillet 2017

La ville de Kassel en Allemagne accueille, dans le cadre du festival Documenta 14, une oeuvre monumentale de l'artiste argentine Marta Minujín : The Parthenon of Books.

Cette réplique architecturale du Parthénon d'Athènes est créée à partir de 100 000 livres interdits à la vente. L'artiste invite les visiteurs à continuer l'ouvre en ajoutant également leur part à cette immense édifice. A l'aide d'étudiants de l'Université de Kassel, Marta a identifié 170 livres interdits dans certains pays mais qui peuvent circuler librement dans d'autres.

En plaçant des ouvrages censurés sur une réplique du Parthénon - structure symbolisant la démocratie - l'artiste tente d'éveiller les consciences sur  le rôle de la politique dans la "tentative d'influence de la pensée". D'ailleurs, cette installation n'a pas été réalisé dans n'importe quel lieu. A ce même endroit, à la Friedrichsplatz, une bibliothèque avait été brulé lors d'un autodafé en 1941 où 350 000 livres ont disparus dans les flammes. Soit disant une « action contre l’esprit non-allemand ». L'écriture a souvent été utilisé comme action de censure dans les différentes périodes de l'histoire.

Oeuvre collaborative visible jusqu'en septembre ! Courez-y !

©ahoisparky

©voework

©Maxie Fischer

Crédit photo couverture par ©Roman März

Vous aimerez aussi ...

_ Débat

Banksy, JR ou encore Seth. Des noms qui résonnent aujourd’hui dans l’actualité urbaine. Depuis quelques décennies, l’art urbain, notamment visuel, rencontre un franc succès auprès des citadins. Le festival In Situ d’Aubervilliers, les Nuits Blanches dans plusieurs villes européennes, Seth le globe painter à travers l’émission “Les Nouveaux Explorateurs”, la multiplication d’association telles que Vitry’n Urbaine, qui proposent des balades de découverte du street-art. De plus en plus de manières d’explorer le street-art sont proposées au grand public. Un phénomène révélateur de l’engouement pour cette forme artistique très longtemps rejetée par la société.

_ Brève

Comme chaque année, le premier Novembre est le début de la trêve hivernale. Celle-ci dure 5 mois (jusqu’au 31 Mars) et a pour objectif de garantir aux locataires une période durant laquelle ils ne risquent pas d’être expulsés de leur logement. Il s’agit d’une initiative certes louable, qui protège les personnes qui risquent d’être délogées, mais qui démontre la triste réalité du mal-logement en France. Pour apporter leur soutien aux personnes défavorisées et soumises à un risque d’expulsion, de nombreux artistes s’engagent, à leur manière et sur différents supports.

_ Brève

Nicolas Le Goff se définit comme étant un « passeur urbain ». Son guide intitulé « L’autre Paris » mène en effet ses lecteurs à travers les rues de la capitale, selon des itinéraires soigneusement réfléchis pour y découvrir au mieux la ville… sans ses touristes !

1 Commentaire

  1. Une très belle initiative qui nous rappelle que le chemin vers la liberté d’expression est encore long dans certaines contrées. Soutien au peuple Chinois !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image