Ça fait l'actu !

La Graine et le bitume

Jusqu'au



30

septembre
Expo
La Rédaction , le 27 avril 2017
Dans un contexte écologique, citoyens, urbanistes, associations et institutions locales s’accordent sur la nécessité d’aménager le territoire urbain en favorisant la biodiversité existante : intégrer la nature dans la ville et la ville dans la nature.

A PROPOS DE L'EXPO'

La ville est un espace artificiel qui s’est construit « contre » le végétal, particulièrement à Villeurbanne, terre agricole devenue en moins d’une centaine d’années un territoire entièrement urbanisé. Or, la nature a ses propres lois qui ne font pas forcément bon ménage avec celles de la ville. Inondations, mauvaises herbes, rues boueuses ou poussiéreuses ont finalement disparu du paysage à force de grands travaux d’aménagement. Cette volonté de tout ordonner s’est traduite par une mise en ordre croissante de la cité, dans un souci hygiéniste, sécuritaire ou esthétique. La réglementation a banni les implantations anarchiques et s’est mise à contrôler sévèrement alignements et hauteurs, couleurs et matériaux, surfaces et odeurs. Certes, l’urbanisme régulateur a toujours laissé un peu de place à la nature, mais de façon maîtrisée, pour tenter de déjouer son caractère évolutif et imprévisible.

Aujourd’hui, dans un contexte écologique critique, citoyens, urbanistes, associations militantes pour l’environnement et institutions locales s’accordent sur la nécessité d’aménager le territoire urbain en favorisant l’épanouissement de la biodiversité existante : considérer à la fois la nature dans la ville et la ville dans la nature. Au delà d’un regard rétrospectif, le Rize vous propose une réflexion sur ces enjeux liés à la place du végétal dans l’évolution territoriale et sociale de Villeurbanne, que ce soit l’histoire de l’agriculture et du maraîchage, l’évolution des parcs et jardins dans la ville, les patrimoines végétaux et la biodiversité ou encore les nécessaires adaptations actuelles au contexte de changement climatique planétaire ou de densification urbaine.

Ces questions, croisées tout au long de l’exposition mais aussi dans la riche programmation qui l’accompagne, permettront d’observer de plus près les interactions entre le « sauvage » (flore spontanée, biodiversité) et le cultivé (plantations, jardinage…), de toucher à notre vie quotidienne, de l’alimentation au cadre de vie, et surtout aux questions de santé (physique et psychique), de collecter des paroles d’habitants, de valoriser des ressources d’archives, de mettre en avant des sujets de recherche pluridisciplinaires… Bref, d’ouvrir le débat sur les possibilités d’un futur urbain plus « vert ». Un partenariat étroit a été noué en ce sens par le Rize avec la direction Paysages et Nature de la ville de Villeurbanne, partenariat déjà initié au travers d’actions participatives comme la grainothèque, et qui sera prolongé dans de multiples animations, balades, ainsi qu’au travers d’un jardin éphémère sur le parvis du Rize, à suivre tout au long de notre temps fort.

———————————————————

INFOS PRATIQUES

Du 09/02 au 30/09/2017 du mardi au samedi de midi à 19h sauf jeudi : 17h -21h.

Horaires été : mardi, mercredi, vendredi : 14h-19h, jeudi : 17h-21h et samedi : 10h-14h.

Accès libre.

- Sur le site du Rize - 

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

L’année 1968 est une année charnière en France. En termes politiques, sociaux, culturels, la plus importante révolte du XXè siècle émanant du peuple français aura permis aux citoyens de s’extraire d’une domination de l’autorité, de la religion et d’une morale qui était alors passéiste. 50 ans plus tard, l’Université de Nanterre permet à des street-artistes de réaliser des œuvres et des fresques sur ses murs qui ont été le berceau du mouvement de 68.

_ Brève

En 1878, la capitale française accueillait pour la troisième fois l’Exposition Universelle, après celle de 1855, puis celle de 1867 et avant celle de 1889 lors de laquelle fût exposée la Tour Eiffel. Après chacune des « Expo », les bâtiments exposés sont généralement détruits ou bien expédiés dans le pays auquel ils correspondent. Pourtant, il arrive que d’autres soient préservés. C’est le cas notamment du Pavillon des Indes et du Pavillon de la Suède et de la Norvège.

_ Brève

Enrique Chiu est né au Mexique. À 8 ans, il traverse la frontière avec sa mère avant de vivre pendant un an sans papiers à Los Angeles. Aujourd’hui artiste, le mexicain est revenu à la frontière, le long de laquelle s’élève un long mur qui sépare le Mexique des Etats-Unis.