Ça fait l'actu !

Monsieur BMX met le street-art au service de la solidarité dans l’espace public !

Brève
La Rédaction , le 18 janvier 2017
    Le street-art, comme n’importe quelle forme d’art, véhicule un message auprès de ceux qui le Lire la suite
    Le street-art, comme n’importe quelle forme d’art, véhicule un message auprès de ceux qui le décryptent. Si le street-art contribue bien souvent à embellir visuellement nos paysages urbains, Monsieur BMX a choisi de le rendre utile.         Originaire de Montpellier, l’artiste est bien connu des locaux pour ses célèbres mini-vélos suspendus. Cette fois, ce ne sont pas des vélos qu’il encastre dans les murs, mais des caddies. Plus qu’un projet esthétique, cette installation suscite un réel engouement de la part du voisinage. Le concept est simple. Chacun dépose des aliments, vêtements et produits divers qui pourraient être nécessaires à quelqu'un dans le besoin.   Si ce caddie n’était qu’un test, son succès pourrait bien encourager son auteur à en déposer partout en ville.   Pour découvrir Monsieur BMX, rendez-vous sur sa page Facebook !    
   

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Çà y est, la décision a enfin été prise ce mercredi 17 Janvier, après plus d’un demi-siècle d’indécision. À l’issue du conseil des ministres orchestré par Edouard Philippe et rythmé par le débat concernant la construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes (NDDL) près de Nantes, la décision d’abandon du projet est finalement tombée en fin de matinée. L’intervention du Premier Ministre vient donc clôturer un débat qui anime vivement les foules depuis plus de 50 ans, et en particulier depuis 2008, lorsque le projet a été reconnu d’utilité publique.

_ Brève

À New-York, une équipe d’architectes danois a dévoilé un projet de parking qui pourrait bien révolutionner nos manières de construire…

_ Brève

Elisabeth Borne, Ministre des Transports, a annoncé dans la journée d’hier vouloir faciliter l’implantation de péages urbains aux limites de nos villes françaises. S’il est déjà possible pour les collectivités de plus de 300 000 habitants d’expérimenter pendant 3 ans le concept grâce à un amendement datant de 2013, l’annonce évoquée hier semble être un premier pas vers une véritable concrétisation de la volonté de s’éloigner de l’utilisation de la voiture personnelle dans les centre-villes.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image