Ça fait l'actu !

Konbit Shelter : l’initiative qui aide à la reconstruction durable des villages haïtiens à partir du bambou.

Brève
La Rédaction , le 09 janvier 2017
    En 2010, l’île d’Haïti est dévastée par un séisme d’amplitude 7. Un scénario apocalyptique dont Lire la suite
    En 2010, l’île d’Haïti est dévastée par un séisme d’amplitude 7. Un scénario apocalyptique dont le bilan est catastrophique. On déplore 300.000 morts et la destruction massive de l’habitat. Au lendemain de cet événement tragique, l’artiste Caledonia Curry, alias Swoon décide d’agir en aidant à la reconstruction des villages. Le projet Konbit Shelter voit le jour et permet de reconstruire les villages de manière pérenne.        

Konbit Shelter : une démarche de reconstruction collective

  Swoon est une artiste. Pour elle, c’est surtout en temps de crise qu’il faut laisser parler sa créativité. Cela permet de trouver des solutions de reconstruction, mais aussi de fédération de la communauté autour de l’expression collective. Swoon s’est alors impliquée dans la reconstruction des maisons des familles et communautés impactées par le désastre.   Pour accompagner son projet, la jeune artiste s’est concentrée sur le village de Cormiers. Elle a fait appel à un panel complet de professions : des architectes, ingénieurs, etc. C’est ensuite un véritable écosystème qui a été créé dans le village. Toutes les actions sont interdépendantes et profitent à chacun. Le projet construit des maisons durables pour chacun en sensibilisant les enfants à l’art et en créant de l’emploi pour les adultes. La population locale a été très réceptive à la création artistique. Des ateliers ont été créés pour les enfants. Pour les adultes des professions se sont ouverts pour l'ornementation et la création des maisons.        

Apprendre la résilience avec des matériaux naturels, locaux et résistants

  La résilience désigne la capacité à se rétablir après une catastrophe. Il s’agit pour un territoire de se reconstruire suite à un événement destructeur, en s’assurant de pouvoir y résister si le phénomène venait à se reproduire. En un mot, c’est la capacité à se renforcer à partir de ses faiblesses.   Pour la reconstruction de Cormiers, le collectif Konbit Shelter s’est basé sur la méthode Super-Adobe développée par l’architecte iranien Nadir Khalili. C’est en Iran, région également sismique, qu’il a développé son concept. L’idée est de se servir de sacs emplis de matériaux locaux, comme la terre ou le sable. L’entassement de ces sacs rend la structure indestructible. Le Super-Adobe est une maison entièrement recyclable, isolante, anti-sismique, et à un coût quasi nul.            

Haïti se reconstruit en bambous !

  Les maisons de Cormiers ont besoin de 10% de liant et 90% de terre pour voir le jour. Les bambous sont utilisés comme structure.   Une méthode de reconstruction durable et rapide. Un an après le séisme, le village était inauguré. Pourtant le projet continue pour améliorer la reconstruction du village et du lien entre les habitants. Une campagne de fonds a été lancée. Pour en savoir plus sur le projet, c'est ici !        

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Nombreuses sont les villes qui exploitent un nouveau potentiel foncier : les friches urbaines. Strasbourg fait dans l’originalité en exploitant un bunker afin d’y développer l’agriculture bio en plein cœur de ville.

_ Débat

Banksy, JR ou encore Seth. Des noms qui résonnent aujourd’hui dans l’actualité urbaine. Depuis quelques décennies, l’art urbain, notamment visuel, rencontre un franc succès auprès des citadins. Le festival In Situ d’Aubervilliers, les Nuits Blanches dans plusieurs villes européennes, Seth le globe painter à travers l’émission “Les Nouveaux Explorateurs”, la multiplication d’association telles que Vitry’n Urbaine, qui proposent des balades de découverte du street-art. De plus en plus de manières d’explorer le street-art sont proposées au grand public. Un phénomène révélateur de l’engouement pour cette forme artistique très longtemps rejetée par la société.

_ Brève

L’ancien site industriel et commercial Tour et Taxis situé à Bruxelles-Ville, à proximité du canal, n’est désormais utilisé qu’occasionnellement pour des événements culturels ou pour accueillir quelques entreprises. L’ampleur de la surface de ce site, au cœur de la capitale belge, est pourtant d’une grande valeur aux yeux de l’architecte Vincent Callebaut. Ses projets sont réputés pour aborder l’architecture de manière très écologique, et celui de de Tour et Taxis n’y échappe pas.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image