La ville de demain,
vue par Jacques Cheminade

Débat
La Rédaction, le 18 avril 2017
Fondateur du parti politique Solidarité et progrès, il est candidat à l'élection présidentielle française de 1995, puis à celles de 2012. De 1969 à 1981, il est fonctionnaire à la Direction des relations économiques extérieures (DREE) du Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie. Il se représente pour la troisième fois aux élections présidentielles de 2017.

“Aujourd’hui, le mot « écologie » est sur toutes les lèvres. C’est devenu un enjeu politique, économique et culturel.”

  OBJECTIF Jacques Cheminade aimerait une écologie respectant les capacités créatrices humaines.   MOYENS
  • Selon lui il faut “arrêter d’accumuler les normes et règlementations “écologiques” ou “climatiques”, formatées pour l’agrobusiness qui “livrent nos producteurs à la concurrence de pays plus laxistes”.
  • Il soutient l’activité de pêche en développant la pêche durable et l’aquaculture.
  • Il désire également en finir avec une fausse écologie prétendant défendre l’emploi et la nature.
  • Il souhaite favoriser des technologies faisant appel à des densités énergétiques faibles et intermittentes (éolien, photovoltaïque, etc.).
  • Il souhaite lancer plutôt une transition vers des réacteurs de quatrième génération (neutrons rapides, thorium, réacteurs modulables, flottants et sous marins, transmutation des déchets) et la fusion thermonucléaire.
  • Il a signé le manifeste de Animal politique, militant pour mettre la condition animale au coeur des enjeux politiques.
  • Il estime que la “croissance verte est une voie sans issue”, et qu’il faut axer les formations vers les technologies de pointe.
     

    “L’amélioration écologique du milieu de vie humain est indispensable. Tout d’abord dans les transports : une politique de transports publics plus ambitieuse, dans les cadres urbain et interurbain, doit être lancée.”

      OBJECTIF Impulser et coordonner les transports dans notre pays. MOYENS
        • Il préconise la création d’un ministère à part entière de l’Aménagement du territoire et du Transport (maritime, fluvial, ferroviaire, aéroportuaire et routier) pour impulser et coordonner les transports dans notre pays.
        • Pour J. Cheminade, il est indispensable de poursuivre une amélioration écologique du milieu de vie humain.
        • Il désire mettre en place une politique de transports publics plus ambitieuse, dans les cadres urbain et interurbain.
        • Il considère l’écotaxe, tout comme la hausse constante des taxes sur les carburants, comme une absurdité et comme un aveu d’échec.
        • Il désire multiplier sur le réseau secondaire les installations éducatives, notamment celles qui vous signalent que vous roulez trop vite dans une zone densément peuplée.
        • Maintenir les gendarmes pour les contrôles routiers.
        • Faire souffler dans le ballon pour voir si le chauffeur a consommé de l’alcool ou de la drogue reste une priorité. Il lui semble absurde de ne se focaliser que sur la vitesse.
        • Il pense qu’il faut nationaliser les autoroutes.
        • Il considère qu’il faut geler immédiatement les tarifs des péages.
        • Il estime qu’on ne peut plus tolérer les embouteillages sur les grands axes d’accès et les périphériques de toutes les grandes villes, ainsi que les problèmes de stationnement à l’intérieur.
        • Il défend le retour, avec des moteurs de la génération actuelle, à l’aérotrain de l’ingénieur Bertin, ainsi que l’extension du ferroutage pour éviter l’encombrement par les camions et le financement avec des aides publiques de la voiture à hydrogène, dont la production en masse permettra de diminuer fortement la pollution.
        • Il aimerait réduire au maximum les vols continentaux de moins de 1500 kilomètres.
        • Il est opposé à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
        • Jacques Cheminade veut promouvoir le transport fluvial.
        • Il souhaite débloquer les moyens nécessaires pour rattraper les retards dans la maintenance des grandes et moyennes infrastructures.
        • Il propose de requalifier en dette d’Etat la dette de la SNCF pour permettre un investissement massif.
       

    “L’État doit se réengager financièrement après avoir préparé un plan d’action en procédant, pour chaque territoire, à une analyse à la fois de l’offre de logements (taille, localisation, nombre) et de la population concernée (âge, revenus).”

      OBJECTIF L’État doit se réengager financièrement après une analyse à la fois de l’offre de logements et de la population concernée.”   MOYENS
        • Jacques Cheminade souhaite réhabiliter 500 000 logements insalubres.
        • Il souhaite réserver 5000 logements sociaux aux personnes “très pauvres”.
        • Il souhaite fixer un objectif plafond de 35% de logements sociaux par commune “afin d’échapper à la fois à un clientélisme et à un apartheid social”.
        • Pour les communes qui ne respectent pas les 25% de logements sociaux, il propose de les destituer de permis de construire en dessous du seuil de 15%.
        • Il mise sur la construction de 150 000 logements neufs par an.
        • Il souhaite accélérer le processus d’isolation thermique des logements.
        • Il souhaite aussi développer le solaire à usage thermique.
       

    “Non à la création de métropoles contre les communes, les départements et l’État”

      OBJECTIF Jacques Cheminade souhaite arrêter le démantèlement de la vie locale et la contraction financière. MOYENS
        • Le candidat Cheminade désire introduire à chaque niveau de responsabilité territoriale, une spécialité, un financement et une direction. Spécialité : les services de proximité pour la commune, le social pour le département et l’économie pour la région. Financement : une même ressource par type de collectivité, afin que soit clarifié le rôle de chacune dans la pression fiscale. Direction : tout élu doit détenir un seul mandat, sauf en ce qui concerne sa participation au Sénat, qui doit représenter les territoires.
        • Dans cette même optique, il souhaite réserver une part des appels d’offre des collectivités locales aux entreprises nationales, à hauteur de 80%.
        • Dans ce sens, il exige que les PME bénéficient de plein droit de 25% à tout contrat public.
        • De plus il abrogera la loi NOTRE et augmentera les dotations aux collectivités territoriales, tout cela en rétablissant une Direction Départemental de l’Équipement (DDE).
        • Il espère imposer le respect de chaque échelon : les 16 métropoles régionales qui existeront en 2017 ne doivent en aucun cas s’emparer des compétences des départements sans leur accord.
        • La clause de compétence régionale doit être rétablie pour que les départements puissent intervenir dans tous les domaines présentant un intérêt public sur le territoire.
        • Les démarches participatives doivent être encouragées (budgets participatifs, participation des jeunes à la vie municipale, référendums d’initiative citoyenne, engagement dans la gestion des régies publiques, organisation d’une gratuité responsable dans les réseaux publics de transports, etc.).
        • Enfin, il aimerait multiplier les maisons du citoyen en banlieue, les maisons de service public en milieu rural.
     

    “L’Etat, pour commencer, ne doit plus se soumettre à une vision comptable de l’organisation du territoire, mais redevenir stratège de son aménagement harmonieux.”

    OBJECTIF L’Etat doit redevenir stratège de son aménagement harmonieux.”   MOYENS
        • Il propose créer 10 000 crèches supplémentaires.
        • Il souhaite faire des centres de loisirs un pilier du brassage culturel afin que les jeunes désensibilisés par la société des écrans et une télé “fausse réalité” puissent se réapproprier le monde réel.
        • “La publicité vise à entretenir l’être humain dans un état d’attraction pour le physique, le sexe et la violence, et les objets sont fabriqués pour une durée de vie relativement brève, pour qu’il y ait rachat plus ou moins contraint. “ Il combat cette forme de société en portant une autre conception de l’homme, celle de son attachement à une amélioration du milieu de vie collectif et des conditions d’existence pour les générations futures.
        • Il souhaite rendre gratuit l’accès à tous les établissements culturels
     

    Pas de commentaire.

    LAISSER UN COMMENTAIRE