Les friches urbaines deviennent de vrais laboratoires pour la ville

Brève
de web Revue , le 15 juin 2017
Article original écrit par Laetitia Van Eeckhout et publié sur LeMonde.fr

Face aux coûts d’immobilisation des terrains et immeubles vacants, les initiatives d’urbanisme transitoire se multiplient depuis trois ans, favorisant la participation des usagers au projet final.

 

Les anciens entrepôts du Printemps et la ZAC Alsthom Confluence à Saint-Denis ; la halle Papin à Pantin ; la friche Miko sur le canal de l’Ourcq ; le dépôt ferroviaire de la Chapelle dans le 18e à Paris ; les halles et hangars de l’île de Nantes ; le terrain vague Foresta au nord de Marseille… autant d’espaces en déshérence, convertis en terrains artistico-festifs, lieux d’expositions, de concerts, en bars buvettes, espaces de coworking, fermes urbaines, incubateurs, ateliers d’artistes… Des squats ? Non, des occupations tout à fait légales, dont certaines sont devenues des adresses très prisées.

De plus en plus d’usines désaffectées et de bureaux vides sont loués à des occupants temporaires, moyennant un bail dérogatoire ou une convention d’occupation temporaire. « Ce phénomène d’urbanisme transitoire se développe de façon institutionnelle, encadré et visible », observe Cécile Diguet, urbaniste qui étudie le sujet à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de l’Ile-de-France (IAU IF). Rien qu’en Ile-de-France, 62 sites éphémères ont éclos depuis 2012. La région a même décidé de soutenir ces initiatives, et lancé un appel à projets. Crédits photo : NICOLAS HOFFMANN

Pour lire la suite de l'article, cliquez-ici !

 

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Le conseil de Hounslow à Londres a pris la décision de transformer ses lampadaires en LED éco-énergétiques comportant des points de recharge intégrés pour les véhicules électriques.

_ Débat

La musique est le reflet d’une époque. Comme une pièce de théâtre condensée, elle raconte une histoire. Comment les individus vivent leur société, gèrent leurs rapports humains ou imaginent leur avenir. L’ensemble de ces problématiques exprimées en musique se matérialisent dans l’espace : la ville.

_ Brève

Pour intégrer des réfugiés tibétains, l'association de La Pierre-Blanche met en place un potager en permaculture.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image