MasCobado : le rêve d’un habitat participatif à Montpellier réalisé

Récit
La Rédaction, le 09 novembre 2016
Dans un contexte où la crise du logement est de plus en plus présente, des logiques alternatives Lire la suite
Dans un contexte où la crise du logement est de plus en plus présente, des logiques alternatives se développent. Parmi elles, l’habitat participatif. Depuis quelques années, ce dispositif remporte un franc succès. Plusieurs personnes se rassemblent et font construire un immeuble ensemble. Au-delà de la dimension collective, cette forme d’habitat permet de réduire les coûts de construction et d’accession à la propriété. En France, cette forme de logement est encouragée. En mars 2014, la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové, dite loi Alur, installait de nouvelles formes juridiques en faveur du développement de cette nouvelle forme d’habitat. A l’heure où le cadre juridique de l’habitat participatif est en train de se constituer, le projet de ce groupe d’habitants montpelliérains pourrait valoir d’exemple.     mascobado-persparc-131203-890x395_c    

MasCObado: La MAiSon COopérative BAtie avec DOuceur !

  Il y a quatre ans, un groupe d’habitants se rencontrait pour lancer le projet MasCobado. Le terrain est situé dans le quartier des Grisettes, à l’ouest de Montpellier. Aujourd’hui, les 23 foyers sont habités.   C’est tout sourire que les nouveaux habitants présentent leur projet. Le moindre détail de ces bâtiments résulte de leurs choix individuels et collectifs et ils en sont fiers ! Associés à un bailleur social, les habitants ont conçus un lieu de vie qui correspond à leurs usages. Ils ont même choisi leurs voisins !   La résidence participative dispose d’un jardin, qui pourrait être transformé en potager. Une bibliothèque partagée a été construite. Chaque étage possède une salle de machine à laver. Trois chambres d’amis, équipées d’une salle de bain et d’une kitchenette sont à disposition de tous les habitants.      

Préserver une mixité sociale et générationnelle

  La philosophie de l’habitat participatif est de mieux vivre ensemble. De fait, on choisit ensemble comment on aménage l’espace pour mieux communiquer et vivre en harmonie. L’objectif de MasCobado était de valoriser la mixité sociale et générationnelle. Pour rendre cela possible, les habitants se sont associés avec le bailleur social Promologis. Grace à cela, le projet dispose de logements libres, de logements en accession aidée et de logements sociaux.      

Economies de promoteurs, investissements énergétiques !

  MasCobado est au cœur d’un éco-quartier. Les habitants ont pourtant voulu aller plus loin que la réglementation imposée. De nombreux aménagements sont mis en place au sein des logements comme des persiennes capables de rafraichir la pièce en été. Le projet a obtenu le plus haut niveau de la démarche Bâtiment Durable Méditerranée (BDM), un dispositif qui permet de favoriser le bioclimatisme, de minimiser l’impact des matériaux et de réduire les consommations d’eau et d’énergie. L'économie du promoteur immobilier leur a permis d’effectuer ces investissements en matière d’énergie.   Leur mode de vie en communauté devrait, lui-aussi permettre des économies énergétiques. Ils vivent sur des bases de partage et assurent que chacun garde son intimité. A tour de rôle, chaque famille va conduire les enfants à l’école.    
    Aujourd’hui en France, près de 400 projets similaires ont été lancés. Si la démarche n’en est qu’à ses débuts, l’émergence du mode d’habitat participatif n’est-elle pas le signe d’une volonté d’un retour à la vie locale et à la création d’un lien social fort ?      

Vous aimerez aussi ...

_ Récit

La vie urbaine est le lieu même des échanges sociaux, culturels, politiques, générationnels, commerciaux puisqu’elle concentre la diversité au sein d’un espace réduit. Bien que certaines politiques hostiles à des installations non-conventionnelles de populations marginales voient le jour, la ville reste un lieu d’hospitalité.

_ Récit

Le 17 mars dernier avait lieu la Journée Internationale du Sommeil. Cette journée, dont nous avons célébré la 17ème édition cette année, permet d’attirer l’attention sur ce besoin qui occupe plus d’un tiers de notre vie : dormir.

_ Récit

Depuis le 13 octobre dernier, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a définitivement fermé les quais de Seine à la circulation. Une décision qui a pour but d'améliorer la qualité de l'air au sein de la capitale.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE