Ça fait l'actu !

MéGo ! et si les mégots se transformaient en mobilier urbain ?

Brève
La Rédaction , le 12 juin 2017
Les mégots de cigarette mettent environ 15 ans a se décomposer. Si nous ne pouvons compter sur le fait que les français arrêtent de fumer, que faire de ces mégots abandonnés dans l'espace public ? MéGo! nous propose une solution.
Malgré les différentes campagnes de sensibilisation autour des dangers de la cigarette, la consommation des français ne diminue que trop peu. Si cela influe sur leur santé, elle n'est pas seule victime de ce comportement. En effet, seulement une cigarette sur trois termine dans un cendrier. Une pollution pour notre environnement et nos espaces publics.

Pour palier cela, une petite entreprise du Finistère, MéGo!, cherche une solution pour valoriser les mégots. En dépolluant ces mégots, elle parvient à en faire du mobilier urbain.

C'est l'entreprise Eco-Action + qui a lancé les recherches d'un process pour dépolluer les filtres de cigarette à 100% de leurs substances nocives. Au final, c'est une sorte de boue noire qui en est ressortie. Celle-ci a ensuite été transformée en plastique. De cette expérience est née l'entreprise MéGo ! qui s'est aujourd'hui associée à un designer brestois pour concevoir du mobilier urbain à partir de leur plastique.

Si aujourd'hui l'entreprise a collecté plus de 800 kg elle a la capacité de traiter jusqu'à 50 tonnes par an. Pourtant, l'entreprise rappelle que le recyclage n'est pas une fin en soi et que l'objectif est de ne plus voir de mégots au sol. Des dispositifs de collecte pédagogiques sont donc à l'origine de leur projet.

Pour en savoir plus sur cette entreprise responsable, rendez-vous sur leur site !

Vous aimerez aussi ...

_ Débat

Parle-t-on de “bruits de la ville” ou de “sons de la ville” ? Du matin au soir, de jour comme de nuit, le gargouillement de cette machine urbaine ne cesse. Voitures, travaux, badauds, ou encore chant des oiseaux, la ville raisonne. Parle-t-on de bruit ? Parle-t-on de sons ? La réponse est subjective.

_ Brève

Un mobilier urbain triste et impersonnel et une volonté de démocratisation de la culture ? La société Ôboem propose une solution en remplaçant les publicités par des œuvres d’art.

_ Brève

Passer une journée à New Delhi correspond actuellement à fumer 2 paquets de cigarettes par jour, les autorités sanitaires tirent la sonnette d’alarme.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image