Ça fait l'actu !

Les rencontres #Street-artistiques de Miss Acacia : les “murmurs” de Big Ben

Billet
Miss Acacia , le 24 septembre 2015
  Retour à Lyon pour ce nouveau portrait. J'ai découvert l'artiste dont je vais vous parler quand Lire la suite

Couv Big Ben

 

Retour à Lyon pour ce nouveau portrait. J'ai découvert l'artiste dont je vais vous parler quand un ami m'a offert une de ses toiles. Depuis, je suis son travail, d'un peu loin malheureusement. Enfin, de Paris. Ma vraie rencontre avec lui, ce fut lors du vernissage de son exposition collective au Cabinet d'amateurLyon hors les murs, avec Cap Phi, Don Matéo et Agrume. Cap Phi nous avait présentés, mais ce fut un peu rapide car il était l'une des "stars" ce soir-là.

 

Je vous présente donc Big Ben. Il a choisi de signer ses oeuvres avec la célèbre Tour de Londres car il est important pour lui que son nom d’artiste soit associé à un symbole pour prendre plusieurs sens et devenir une sorte de jeu. A chacun de le décoder selon ce que lui inspire la Tour.

 

Longtemps admirateur d’artistes tels que Bansky, Blek le Rat ou encore Ernest Pignon Ernest, il a un jour eu envie de devenir « activiste ». Parce qu’il trouvait que la publicité qui recouvre les murs de la ville pollue notre vision du monde, il a alors voulu apporter un autre regard, le sien. Mais aussi parce que, suite à des traumatismes personnels, il a ressenti le besoin d’exprimer, de crier et donc de créer. Une sorte de résilience…

 

Sa démarche artistique est liée à la rue. Ses oeuvres sont faites pour être dans la rue. Il a même pensé, pendant un temps, que s’il ne pouvait plus créer dans la rue, il ne ferait plus de peinture. Mais depuis, il est « tombé dans le bocal  de la création » et il ne pourrait plus s’en passer. Alors, sans la rue, il continuerait de créer. Simplement sa démarche ne serait pas la même.  Mais qu’on se rassure… ça n’est pas du tout d’actualité !

L’espace urbain est primordial pour lui car sa peinture doit être en « résonance » avec l’endroit où il décide de déposer son oeuvre. Tout est important : le nom de la rue, la forme ou la couleur du mur… De tout cela dépend l’histoire qu’il va nous raconter. Les éléments urbains seront partie intégrante de l'oeuvre. A travers cette mise en scène, tout comme pour sa signature, ses oeuvres prennent alors plusieurs sens que les spectateurs doivent découvrir…

 

Il a choisi le street art parce que c’est « l’art de la rue » et donc pas limitatif en terme de représentation. C’est un espace ouvert dans lequel chaque artiste apporte son univers. Il y a là un maximum de liberté (sentiment paradoxale car en même temps cet art est interdit par la loi). N’ayant jamais suivi de formation artistique, il n’a pas été « formaté » a une certaine vision de l’art. C’est pourquoi le street art est une évidence pour lui. Dans la rue, l’artiste peut créer en toute liberté, sans règle. Le street art est de l’art gratuit, accessible à tous. Il redonne une dimension humaine à l’Art. Pas besoin d’avoir des connaissances particulières ou d’aller dans un musée. Il suffit de déambuler et de regarder autour de soi.

 

Dans ses oeuvres, il met en scène des personnages : des groupes d’enfants, des hommes offrant des fleurs ou jouant les funambules. Parfois il joue avec des personnes connues comme Dali, Eminem, Amy Winehouse ou encore Belmondo et Jean Seberg dans « A bout de souffle » (celui-là je le connais bien car j’ai la chance de l’avoir chez moi et de pouvoir le regarder chaque jour !). Il peut à la fois nous offrir de la poésie (avec les très belles danseuses fleurs), être un peu nostalgique ou même chercher à provoquer (comme avec l’Apple de la sorcière.). Ce qu'il cherche avant tout c'est détourner nos yeux d'une publicité envahissante et nous faire réagir, mais toujours avec le sourire...

 

Pour découvrir tout son univers il y a bien sur les rues de Lyon et de Paris mais aussi son site http://bigbenstreetart.com/ Et les quelque images qui vont suivre, en avant-goût…

                         

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Enrique Chiu est né au Mexique. À 8 ans, il traverse la frontière avec sa mère avant de vivre pendant un an sans papiers à Los Angeles. Aujourd’hui artiste, le mexicain est revenu à la frontière, le long de laquelle s’élève un long mur qui sépare le Mexique des Etats-Unis.

_ Brève

L'année 2017 s'achève dans quelques jours. L'occasion est donc toute choisie pour vous dévoiler notre sélection de l'année des articles liés au thème du street-art !
Cliquez sur les titres des articles pour en savoir plus !

_ Brève

Un mobilier urbain triste et impersonnel et une volonté de démocratisation de la culture ? La société Ôboem propose une solution en remplaçant les publicités par des œuvres d’art.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image