Ça fait l'actu !

Peindre les arbres en bleu pour aider les villes à devenir vertes

Brève
La Rédaction , le 15 juin 2017
«De saison en saison, les arbres se développent à travers les cycles de la nature et les couleurs commencent également à changer et à disparaître.»

L’artiste Konstantin Dimopoulos, égyptien aujourd’hui basé en Nouvelle-Zélande, n’en est pas à son coup d’essai. Ces oeuvres emblématiques ont toujours eu un lien très fort avec la protection de l’environnement. Il espère sensibiliser le plus grand nombre de personnes quant à l’importance du respect des espaces verts dans un environnement urbain, autrefois hostile à la nature. Les règles ont changées. La nature reprends de plus en plus ses droits dans l’espace urbain.

C’est dans ce sens que va le projet artistique de l’artiste. Nommé « Blue Trees », il vise à exprimer un message de conscience sociale et de conscience écologique, en particulier en ce qui concerne l'écocide et la destruction délibérée des forêts. En utilisant un pigment non toxique et non permanent, et en association avec près de 300 bénévoles de la ville, il repeint de bleu les arbres de la ville canadienne de Chattanooga. Organique et temporaire, l'œuvre disparaîtra progressivement au cours de l’année.


Konstantin Dimopoulos Blue Trees Project Environnement Bleu Arbre Art Brève

Mississauga, Canada




Konstantin Dimopoulos Blue Trees Project Environnement Bleu Arbre Art Brève

Vancouver, Canada




Konstantin Dimopoulos Blue Trees Project Environnement Bleu Arbre Art Brève Konstantin Dimopoulos Blue Trees Project Environnement Bleu Arbre Art Brève

Breckenridge, Colorado, USA




Konstantin Dimopoulos Blue Trees Project Environnement Bleu Arbre Art Brève

Sidney, Australie




Konstantin Dimopoulos Blue Trees Project Environnement Bleu Arbre Art Brève

Chattanooga, Tennessee, USA // Crédit photo ©David Brown




Konstantin Dimopoulos Blue Trees Project Environnement Bleu Arbre Art Brève

Kunzelsau, Allemagne 

L'artiste travaille actuellement sur sa dernière installation à Pointe Claire, dans l’agglomération de Montréal. «Wish you were here» sera composé de bois, de peinture rouge et d'acier, et s'appuiera sur la propre expérience de Dimopoulos en tant qu'expatrié pour étudier les thèmes de la perte, de la mémoire et de l'abandon.

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Çà y est, la décision a enfin été prise ce mercredi 17 Janvier, après plus d’un demi-siècle d’indécision. À l’issue du conseil des ministres orchestré par Edouard Philippe et rythmé par le débat concernant la construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes (NDDL) près de Nantes, la décision d’abandon du projet est finalement tombée en fin de matinée. L’intervention du Premier Ministre vient donc clôturer un débat qui anime vivement les foules depuis plus de 50 ans, et en particulier depuis 2008, lorsque le projet a été reconnu d’utilité publique.

_ Brève

L’année 1968 est une année charnière en France. En termes politiques, sociaux, culturels, la plus importante révolte du XXè siècle émanant du peuple français aura permis aux citoyens de s’extraire d’une domination de l’autorité, de la religion et d’une morale qui était alors passéiste. 50 ans plus tard, l’Université de Nanterre permet à des street-artistes de réaliser des œuvres et des fresques sur ses murs qui ont été le berceau du mouvement de 68.

_ Brève

Le 15 Décembre 2017, la nouvelle station de métro Pioneer Village ouvrait ses portes en présence de Justin Trudeau, le premier ministre canadien. Pour l’occasion, les Tim et Jan Edler, deux artistes allemands, avaient réalisé une grande œuvre d’art, mais qui n’est semble t-il pas au goût de tout le monde.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image