Ça fait l'actu !

Geoffroy Mottart coiffe de fleurs les statues pour les rendre visibles

Espaces publics

La Rédaction , le 09 janvier 2017

Geoffroy Mottart coiffe de fleurs les statues pour les rendre visibles


Les statues et monuments font partie du décor urbain. Bien souvent, nous passons à côté sans même Lire la suite

Les statues et monuments font partie du décor urbain. Bien souvent, nous passons à côté sans même nous rendre compte de leur présence. Ils représentent pourtant un personnage, une histoire, une époque ou une anecdote qui mériterait qu'on s'arrête.   Face à notre indifférence, l'artiste Geoffroy Mottart a cherché à les distinguer. Il est devenu coiffeur de statues en utilisant des fleurs. Qu'elles apportent l'admiration par la qualité du travail ou nous décrochent un sourire par le style surprenant que cela peut apporter aux statues, la mission de Geoffroy Mottart est remplie : nous ne voyons plus qu'elles !                                                                    
Espaces publics

En août dernier, Charlottesville, en Virginie, est devenue un symbole. Un symbole d'une lutte contre les nationalistes blancs. Lors d'un rassemblement de ces derniers, une jeune femme proteste contre ce groupement de haine, et se fait tuer. Commence alors un travail symbolique fort, notamment des employés municipaux de la ville : le recouvrement en noir de plusieurs statues à l’effigie de personnalités confédérées. Un geste qui une fois de plus montre le pouvoir de l'espace public et de son aménagement, ainsi que son étroit lien avec les idéologies défendues.

Espaces publics

À l’heure où les négociations lors de la COP23 perdurent à Bonn (Allemagne), le réchauffement climatique continue de se répercuter sur l’environnement global. Parmi les effets déjà engagés, l’élévation du niveau de de la mer est un des phénomènes les plus inquiétants, d’autant plus que 70 % de la population mondiale vit sur le littoral, et de grandes villes pourraient subir d’importantes submersions marine, si aucune amélioration n’est mesurée à temps.

Espaces publics

La trêve hivernale a déjà débuté mercredi 1er Novembre. Depuis la loi Egalité et citoyenneté votée en Janvier 2017, les bidonvilles sont maintenant concernés par l'arrêt des expulsions, et leurs habitants peuvent conserver leurs logements pendant les 5 mois de la trêve, aussi vétustes soient-ils. Olivier Papegnies, photojournaliste sensible aux problématiques humaines, a plongé son objectif dans l'intimité des bidonvilles, et en a tiré des clichés empreints d'une tendresse tragique.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image