Nafir, la “voix assourdissante” des murs iraniens

Arts urbains

La Rédaction , le 19 mai 2017

Nafir, la “voix assourdissante” des murs iraniens


Le 19 mai prochain auront lieu les élections présidentielles en Iran. Pour sensibiliser les iraniens aux enjeux politiques que nous sommes en train de traverser à l'échelle internationale, Nafir graffe l'actualité sur les murs. 

En persant, Nafir veut dire "la voix assourdissante", une signification qui pouvait laisser présager ses actions. Depuis 2008, il graffe sur les murs de Téhéran les actualités internationales. Par ses œuvres, maniant poésie et engagement politique, il réagit avant tout à l’actualité. Un engagement qui ne se cantonne pas à l'Iran, le graffeur s'est également exprimé en Afghanistan, en Malaisie, en Inde, en Italie ou en Allemagne.

Nous vous proposons un aperçu de son travail. Pour en savoir plus, rendez-vous sur sa page Facebook ou sur son site !



















Arts urbains

C'est à travers ces photomontages cinématographiques que l'on mesure toute l'importance de l'immuabilité de la capitale.

Architecture

Pour relancer le tourisme dans leur village, le village de Kampung Pelangi, soutenu par le gouvernement indonésien, a invité des street-artistes !

Espaces publics

Les salles obscures ont elles aussi vu le temps s'écouler.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE