Quand les applis réinventent la démocratie participative en ville

Brève
La Rédaction , le 19 avril 2017
Au cœur de nos villes, une nouvelle forme de démocratie prend forme. Depuis quelques années, nos smartphones nous permettent de faciliter l'arrivée d'une démocratie participative. Mais quelles formes celles-ci prennent-elles ?
La démocratie participative est sur toutes les lèvres, dans tous les esprits et à l’origine de beaucoup de projets ! Certes, cette nouvelle conception de la participation à la vie publique recouvre diverses formes mais est de plus en plus liée à un outil : Internet ! Avec nos diverses applis, nous pouvons intervenir à n’importe quel moment, en temps réel sur la manière de construire, d’améliorer et de penser nos villes !

C’est le cas d’appli comme Waze, qui en alertant les autres utilisateurs-usagers de la route permet d’informer en temps réel des embouteillages, travaux, accidents de la route et ainsi d’harmoniser les flux de circulation. Si les applis permettent une harmonisation, certains sites web permettent à tous les citoyens de proposer des projets innovants à l’échelle d’une ville et de mettre en place de véritables projets urbains ! La communauté de Lille, par l’entreprise de la Métropole Européenne de Lille (MEL) offre une carte participative que chaque citoyen peut compléter pour discuter ou pour proposer un projet d’aménagement !


Par ailleurs, nombreuses sont les appli qui se sont développées afin de permettre aux citoyens de reporter ce qui lui semble anormal dans sa ville et ainsi de l’améliorer ! Fini la paperasse, tout se règle en un clic.

Dans d'autres cas, des plateformes permettent de renouer le contact et le dialogue entre les pouvoirs publics et les habitants. C’est la cas de Fluicity. Cette innovation civique se veut être un outil d'anticipation et d'aide à la prise de décision pour les élus. Une façon, pour le maire, de disposer en temps réel de données précises sur l'opinion des citoyens et d'éclairer ses choix politiques.

A Fès, au Maroc, la ville présente sa toute nouvelle appli "Je préserve ma ville”. Elle permet aux citoyens de signaler un affaissement de chaussée, un nid de poule, un problème d’éclairage, avec un petit texte et une photo à l’appui. La mairie s’engage à avoir un suivi rigoureux de ce cahier de doléances 2.0 ! Dans cette même dynamique, à l’échelle de tout un pays, la Belgique a développé BetterStreet, qui sert à détecter toute anomalie urbaine et à sa prise en charge par les autorités. Nos voisins les anglais ont également développé un projet similaire grâce à l’application FixMyStreet. Ces différentes appli mettent en place un réel crowdsourcing citoyen, au service de la ville !




D’autres applis, au-delà de régler les désagréments urbains peuvent même aller jusqu’à participer à la sécurité d’une ville. C’est le cas de l’autre côté de l’Atlantique, où la ville de Boston a été pionnière en la matière avec le projet Adopt-a-Hydrant. Créée en 2009 par l’ONG Code for America, elle vise à mobiliser les habitants afin qu’ils prennent soin de l’une des 13000 bouches d’incendie de la ville.

Alors, urbains, citoyens, si vous voulez contribuer à l’harmonie de nos/vos villes, à vos claviers, c’est à portée de clic !

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image