Ça fait l'actu !

Les rencontres #Street-artistiques de Miss Acacia : la poésie engagée de StF Moscato

Billet
Miss Acacia , le 05 novembre 2015
    Pour ce nouveau portrait, je vous emmène dans une ville que j’aime beaucoup et dont Lire la suite
 

Couv StF

 

Pour ce nouveau portrait, je vous emmène dans une ville que j’aime beaucoup et dont je vous ai souvent parlé : Marseille. Le streetart s’y développe et des artistes de talents embellissent les rues. Son pseudo d’artiste est tout simplement le « raccourci du raccourci » de son prénom : STF (de son vrai nom Stéphane Moscato).

 

La première fois de STF

 

Sa première fois ce fut avec l’artiste RNST, avec qui il a découvert l’art urbain et la technique du pochoir. Elevé dans la culture du rock engagé ou du punk rock, il est allé sans mal vers cet art qui peut être un vecteur pour faire passer des messages politiques, sociaux (ou pas).

 

Sa passion va alors l’entraîner de plus en plus dans les rues qu’il arpente sans relâche, à la recherche de vieilles affiches publicitaires qu’il arrache des murs à l’aide d’un cutter. Puis il les emmène dans son atelier pour les maroufler sur toiles. Il leur donne alors une seconde vie en tant que support de ses pochoirs.

 

Travailler dans la rue a toujours un sens

 

Lorsque je lui demande pourquoi il a choisi l’art urbain plutôt qu’un autre art, la réponse est simple: « il y a les arts pour lesquels il faut aller à l’école et celui que tu pratiques seul et que tu fais évoluer hors de toute contrainte parce que tu es juste mordu ! » Mais en fait, au départ, il ne s’est même pas posé la question. C’était simplement un art accessible, qu’il pratiquait avec une bande de copains. L’illégalité en faisait un jeu.

 

Mais travailler dans la rue a quand même un sens. Plusieurs même. Le premier c’est le passant qui le lui donne. Avec ses propres codes et son ressenti, chaque passant peut donner un « sens » à l’oeuvre. Ensuite il y a le message que lui veut donner à l’oeuvre. Pour cela tout est important, et en particulier le paysage urbain. STF est un artiste qui travaille peu car il ne veut pas coller tout, tout le temps et n’importe où. Pour qu’il réalise son pochoir  il faut que l’oeuvre « colle » avec le lieu dans lequel il l’installe, qu’elle raconte quelque chose ou que les couleurs « correspondent » avec ce qui l’entoure. Pour lui, il est indispensable que le spectateur ou l’habitat du quartier se « réapproprie » l’oeuvre dans son propre environnement.

 

Je suis partisan d'une peinture engagée sous couvert de "poésie"

 

Dans ses oeuvres il veut faire passer des messages. Il y en a même souvent plusieurs sous un même pochoir. La beauté pour la beauté ne suffit pas. S’il peut l’aimer chez d’autres artistes, il ne se sent pas pour autant à l’aise avec cette idée que la beauté seule suffirait. Il trouve que ça sonne creux bien souvent. C’est pourquoi il veut, à chaque fois, faire passer un message dans sa propre peinture.

On devine donc, bien souvent, un message plus social ou politique derrière ses images. Mais il ne s’impose jamais. Le spectateur reste toujours libre dans sa perception et son interprétation.

 

STF « s’expose » aussi

 

On peut « croiser » des oeuvres de l’artiste au hasard des rues, mais également dans des galeries pour des expositions ou encore lors de grands évènements urbains collectifs. Ainsi lors de l’exposition « ICI, bientôt » aux anciens abattoirs de Marseille en 2014 ou encore lors du grand RDV « Aux tableaux », toujours à Marseille.

 

Maintenant place à quelques photos de ses réalisations parce que les images disent toujours beaucoup plus que les mots. Vous pouvez le retrouver également sur Flickr avec sa galerie photos.

  Au secret     Expo "Aux tableaux"   Expo "Aux tableaux"     Collab avec RNST     Dans la rue 1   Dans la rue 2   ICI bientôt 2     ICI bientôt   Le mur marseille     Nuit Blanche 2014     Play the game   Pourvu qu'ca dure   Too much TV   Walk with liberty on book cover   Watch collab      

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Enrique Chiu est né au Mexique. À 8 ans, il traverse la frontière avec sa mère avant de vivre pendant un an sans papiers à Los Angeles. Aujourd’hui artiste, le mexicain est revenu à la frontière, le long de laquelle s’élève un long mur qui sépare le Mexique des Etats-Unis.

_ Brève

L'année 2017 s'achève dans quelques jours. L'occasion est donc toute choisie pour vous dévoiler notre sélection de l'année des articles liés au thème du street-art !
Cliquez sur les titres des articles pour en savoir plus !

_ Brève

Un mobilier urbain triste et impersonnel et une volonté de démocratisation de la culture ? La société Ôboem propose une solution en remplaçant les publicités par des œuvres d’art.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image