Réunis ce vendredi 15 juin pour la 12ème réunion annuelle du Réseau des Villes Créatives de l’UNESCO à Cracovie et Katowice en Pologne, les représentants des 180 villes du réseau ont célébré la créativité par différents projets et engagements. De cette réunion on retiendra notamment le projet de Limoges, qui cherche toujours à affirmer son statut de capitale mondiale de la porcelaine.



La ville de Limoges avait déjà aménagé du mobilier urbain en porcelaine blanche, et avait lancé l’été dernier un concours entre trois designers pour la réalisation d’un “jalonnement céramique”.




Illustration du projet de « pansement urbain » en porcelaine bleu de four ©Ville de Limoges



C’est le projet de “pansement urbain” par le designer Florian Brillet et l’artiste plasticien Nicolas Lelièvre qui a été retenu. Un projet en cours de réalisation et qui consistera à réparer différents morceau de mobilier urbain endommagé par l’ajout de morceau de porcelaine “bleu de four”. Un style de porcelaine traditionnel au bleu profond. Grâce à cela les artistes et la collectivité cherchent à mettre en avant le savoir-faire de la ville tout en embellissant celle-ci.



Une technique qui s’inspire directement de la méthode “Kintsugi” japonaise, technique consistant à réparer esthétiquement des objets tout en préservant leur forme passé. Une métaphore qui s’applique bien à la ville, dont les couches successives de construction, et de destruction, forme un ensemble bâti brisé puis réparé. C’est d’ailleurs une pratique que l’on peut rapprocher du flacking, un style de street-art que pratique l’artiste lyonnais Ememem. Cette technique consiste à réparer la voirie avec du carrelage et dont nous vous avions déjà parlé ici.