Ça fait l'actu !
« Vélo-cargo », le retour d’un héros ?
En ville, les effets néfastes des véhicules polluants et individuels invitent de plus en plus à repenser les modes de déplacements urbains. Tramway, piétons, vélos et autres moyens « doux » ou plus respectueux de l’environnement reprennent leurs droits sur des espaces urbains qui étaient jusqu’alors largement dominés par l’hégémonie de la voiture personnelle.
Ville horizontale ou ville verticale, faut-il choisir ?
Pour respecter l’environnement, les villes qui se développent doivent aujourd’hui éviter l’étalement urbain. Pourtant, les projets architecturaux de tours et de bâtiments en hauteur, qui semblent être une alternative à l’étalement urbain, font encore débat auprès de nombreux citadins.
Les Fabriques, une nouvelle centralité pour le nord de Marseille
Avec leurs usines, leurs grands hangars et vieilles fabriques, les anciens quartiers industriels, autrefois en périphéries des villes, font désormais partie intégrante des ensembles urbains qui ne cessent de s’étendre. Pourtant, souvent en déprise, ils nécessitent une reconversion ou une modernisation de leurs activités. Comment reconnecter ces quartiers à leur environnement limitrophe ? Comment en faire des morceaux de ville à part entière ?
Existe-t-il encore des espaces publics urbains ?
Quelles seraient nos villes sans leurs espaces publics ? Lieux de partages et de rencontres, les espaces publics urbains sont surtout des lieux qui portent l’image et l’identité de la ville. Ce sont dans ces lieux que l’on se promène, que les touristes y prennent le plus de photos ou que l’on se retrouve entre amis à l’arrivée des beaux jours. Sans les espaces publics urbains, aucune âme de ville ne peut ainsi transparaître aux yeux des citadins ou aux yeux des visiteurs de la ville.
À Nantes, la zone inondable de Pirmil-les Isles devient un enjeu de développement urbain
Continuer de densifier les villes en bord de fleuve nécessite de relever le défi de construire en apprivoisant le risque d’inondation. C’est un enjeu sur lequel Nantes Métropole travaille actuellement à travers la ZAC Pirmil-les Isles, située à cheval sur les communes de Rezé, Nantes et dans une moindre mesure de Bouguenais. Il s’agit du premier projet de renouvellement urbain intercommunal porté par la métropole de Nantes et 4000 logements devraient y voir le jour d’ici 2030, tandis qu’environ 2000 emplois supplémentaires y sont espérés.
Santé des citadins : quel rôle pour les villes ?
Paris agit contre la pollution de l’air en réaménageant les Rives de Seine et Villeurbanne expérimente « le sport sur ordonnance ». On constate aujourd’hui que les villes agissent pour la santé de leurs habitants. La croissance des maladies liées au mode de vie urbain ou périurbain (pollution, obésité, …) replace cette question au cœur des préoccupations urbaines. Les villes cherchent depuis qu’elles existent à rendre leur environnement plus sain pour leurs habitants (thermes romains, égouts, mesures hygiénistes, …). Mais de quelle manière sont-elles aujourd’hui de plus en plus actives sur ces enjeux ? Comment réconcilient-elles l’urbain et la santé ?
La campagne est-elle la ville de demain ?
Les villes ne semblent plus avoir le même appétit que jusque dans la seconde moitié du vingtième siècle. La population mondiale semblait jusqu’alors s’être donné le mot : « Allons tous en ville, où le travail se trouve à foison ! ». L’exode rural battait son plein et les campagnes étaient peu à peu désertées de leurs habitants. Mais aujourd’hui et depuis plusieurs décennies, c’est un processus tout à fait inverse qui est observé sur le territoire français. Ce sont en effet les campagnes et les communes rurales qui s’accaparent désormais d’une partie de la population, aux dépens des métropoles qui ont perdu de leur attractivité d’autrefois.
Égalité de genre dans la ville : pour une planification participative et sensible
Géographe, Yves Raibaud est maître de conférence HDR et chercheur spécialisé dans la géographie du genre à l’Université Bordeaux Montaigne. Il a notamment publié en 2015 « La Ville faite par et pour les hommes » qui dépeint les inégalités entre les femmes et les hommes et les violences de genre dans l’espace urbain. Nous souhaitions l’interroger sur sa vision de la ville.
Sernam-Boulingrin, pilier du renouveau de Reims
Depuis des années, à proximité de l’hyper centre-ville de Reims subsiste un ensemble d’espaces délaissés : l’axe Promenade/République/Boulingrin. Composé d’un enchaînement de “friches”, ce paysage linéaire abandonné est peu attrayant pour les habitants. D’ailleurs, ses espaces vides se sont transformés en une grande aire de stationnement. Étendu entre les faubourgs de Reims et son centre, c’est pourtant un passage obligé pour se rendre dans différents points de la ville.
L’écoquartier poétique des Capucins à Brest fédère les citoyens autour de leur patrimoine
Au cœur de la ville de Brest dans le Finistère, entre la rivière de la Penfeld et le centre historique de la ville, le plateau des Capucins domine les environs. Tirant son nom d’un ancien couvent de moines capucins, le site a ensuite été investi par la Marine qui y a installé des casernements puis construit au milieu du 19è siècle les bâtiments industriels des Ateliers. Aujourd’hui cédé à la métropole, le quartier des Capucins se construit une toute nouvelle identité, pleine de poésie.
Mieux stationner grâce au numérique ?
Alors que l’un des enjeux du 21ème siècle est de tendre vers une ville durable, la question des mobilités urbaines se trouve au cœur du sujet. Les solutions fleurissent et l’ambition reste partagée par de nombreuses villes, celle d’écarter l’automobile des espaces centraux. Pour encourager les alternatives à la voiture, on bannit de plus en plus les voitures des centres-villes, on instaure des péages urbains dans de nombreuses “grandes villes”, on développe les mobilités douces et l’on réduit drastiquement la place de la voiture en ville.
Opération à « Grand Cœur » ouvert à Montpellier
Quand le cœur d’une ville ne bat que faiblement, c’est qu’il faut lui faire un bon massage cardiaque ! La ville de Montpellier l’a bien compris. Touchée par le même phénomène que de nombreuses villes moyennes, la ville de Montpellier a été confrontée à un décalage entre son centre en perte de vitesse et son attractivité grimpante.
Free-floating et vélos en masse : Comment les villes réagissent
Cette photo n’est pas une œuvre d’art contemporain ! Elle a été prise en Chine, dans la ville de Hefei où des parkings à ciel ouvert servent de lieux temporaires pour l’entassement de vélos abandonnés ou endommagés signalés par les habitants. Ils sont de plus en plus fréquents dans le pays depuis le déploiement du vélo en libre-service flottant (“free floating”).
À Toulon, la rue des Arts redore l’image du centre historique
On le sait, la dévitalisation des centres de villes moyennes est devenu un véritable fléau. Essor de la voiture personnelle ou encore développement des commerces périphériques, les villes moyennes connaissent depuis plusieurs décennies un dynamisme en perte de vitesse, accompagné entre autres d’une déprise des locaux commerciaux. Et si Toulon a également été victime d’un tel phénomène depuis les années 80, la préfecture du Var semble aujourd’hui avoir trouvé une réponse pour contrer cette tendance alarmante.
Le revêtement de sol dans la construction d’une identité urbaine
Quelle est la différence entre les pavés, l’enrobé bitumineux, le sable, le gazon et les autres formes de revêtement de sol urbain ? Peut-être pouvons-nous dans un premier temps penser à son aspect, à sa couleur, à sa praticabilité ou peut-être même à son imperméabilité ? Et si le revêtement du sol de nos villes pouvait également être perçu par le caractère qu’il donne aux espaces urbains, par l’identité qu’il leur confère ? Entre enjeux de société et identité urbaine, quel est donc le rôle de cet élément urbain, celui que nous foulons tous les jours, dans notre rapport à la ville ?