Ça fait l'actu !
Les sous-sols urbains, plus qu’un gain de place, une intelligence pour la ville de demain ?
Imaginons que la ville ne soit pas uniquement construite en surface ? Par ville, nous entendons tout ce qui crée aujourd’hui l’urbanité, à savoir les lieux culturels que nous fréquentons, les espaces privés que nous habitons, les espaces publics que nous vivons, les réseaux que nous empruntons et les fonctions annexes qui nous permettent aujourd’hui d’être plus de la moitié de la population mondiale à vivre au cœur des centres urbains.
De la Haine à Swagger : quelle évolution de l’image des banlieues à travers le cinéma ?
1995. Dans les Yvelines. Le commissariat de La Cité des Muguets à Chanteloup-les-Vignes est assiégé par une centaine de jeunes. En cause ? La « bavure » d’un inspecteur à l’égard du jeune Abdal Ichah. Si l’un est démis de ses fonctions, l’autre est retenu à l’hôpital Saint Georges, entre la vie et la mort. Révoltés, les jeunes de la cité, eux, s’expriment. Bilan ? 14 blessés du côté des forces de l’ordre, 33 arrestations du côté des émeutiers et une arme perdue dans la cité. Voici le synopsis du film de Mathieu Kassovitz, « la Haine ».
L’urbanisme du froid : un vrai débat dans la construction des villes de demain ?
Les vagues de froid que nous traversons généralement l’hiver nous poussent à nous questionner sur la manière d’aménager nos villes. En effet, nos pratiques urbaines changent en fonction des saisons. Les espaces publics en période de fortes chaleurs, qu’ils soient accueillants ou non, sont happés par les citadins. On cherche à profiter des longues journées d’été et de la douceur du climat. Pique-nique entre amis, ballades en vélo ou marche solitaire, tous les prétextes sont bons pour vivre à l’extérieur. Au cours des vagues de froid, l’extérieur est fuit ou au mieux timidement abordé. On prend les transports en commun plutôt que de rentrer à pieds. On oublie les pique-nique pour les intérieurs confortables. Emmitouflés, on presse le pas pour les trajets extérieurs inévitables. Hors de questions de juste rester dehors. Il fait trop froid !
Les bidonvilles sont-ils une forme exemplaire d’urbanisme ?
Bidonville, slums, township, favelas… Des mots qui raisonnent dans tous les dialectes, à travers le monde. Qu’on l’exprime en anglais, en français ou en espagnol, cette expérience urbaine s’apparente toujours aux mêmes rapports de perception, que la culture nous a largement inculqués.
La ville est-elle toujours propice à l’inspiration poétique ?
Au 19è et au début du 20è siècle, les poètes parmi les plus influents se sont appropriés les rues des villes pour en faire surgir les plus beaux vers de leurs recueils. Baudelaire, Verlaine, tous ont su adapter le milieu urbain à leurs styles littéraires qui leurs sont si caractéristiques. La flânerie urbaine était source d’inspiration pour les observateurs de la ville, qui pouvaient alors faire germer à chacun de leurs pas une « mémoire dynamique », qui évoluait selon le promeneur et son état d’esprit.
Les enfants dans la ville : un indicateur de la ville pour tous ?
Nombreux sont les jouets pour enfants à reproduire les villes, de la réalité virtuelle des Sims aux villages de Barbie, les enfants se constituent un monde à l’image de celui des adultes. Leur vision déforme évidemment la hauteur de cet environnement urbain et la ville doit s’y adapter afin de les intégrer.
Street Gastronomie, quand l’identité urbaine se transmet en cuisine
12 Déc 2017 Street Food, tutos YouTube, cooking class, la cuisine est au cœur des tendances actuelles. En effet, oubliée pendant un temps en tant qu’élément nécessaire au bien être, la nourriture se retrouve aujourd’hui au centre des comptes Instagram. La Junk Food est remplacée par le Porn Food, une mise en valeur de ces ingrédients et plats abondants en gras venus des Etats-Unis. Le courant healthy quand à lui s’approprie des nouvelles recettes diététiques venues d’ailleurs.
Paris, future capitale mondiale du vélo ? 2/2
Après un premier volet où nous revenions sur l’histoire du vélo à Paris, place maintenant à l’avenir du vélo dans la capitale. Quels sont les projets de Paris pour le vélo ? La ville a-t-elle les moyens de ses ambitions ?
Paris, future capitale mondiale du vélo ? 1/2
La vélosophie est « l’ensemble des idées, intuitions et sensations nées sur un vélo. Cet espace privilégié et paradoxal de détente dans la tension environnante produit un type de réflexion particulier, souvent proche de la fulgurance. » C’est ainsi que Didier Tronchet définit de façon originale une philosophie du vélo dans son Petit Traité de Vélosophie.
Urbanisme féministe suédois : un modèle à suivre ?
La ville faite par et pour des hommes, tel est le titre de l’ouvrage d’Yves Raibaud paru en 2016 aux éditions Belin. Ce dernier met en lumière la différence de partage de l’espace public entre femmes et hommes.
Le design global de marque, un pari risqué pour la ville demain ?
Le 12 septembre dernier, Apple ne dévoilait pas uniquement son nouvel Iphone. Ce fut également l’occasion de donner au grand public la possibilité de découvrir son nouveau siège, un gigantesque bâtiment en forme d’anneau conçu par l’architecte Norman Foster et imaginé par l’illustre cofondateur de la marque à la Pomme, disparu en 2011, Steve Jobs.
Faut-il tout rendre accessible ?
Les enjeux liés à l’accessibilité dans les centres-villes sont de plus en plus importants, à mesure que la population vieillit et devient citadine. Le papy-boom a en effet déjà commencé depuis quelques années, et les retraités représentent une catégorie à part entière de personnes à mobilité réduite. Les seniors sont également de plus en plus touristes, en particulier à destination des milieux urbains. Par ailleurs, les personnes à mobilité réduite représentent en réalité une part énorme de la population (femmes enceintes, personnes handicapées, enfants, personnes âgées, personnes ne comprenant pas la langue locale…) et l’un des enjeux de l’aménagement urbain est de pouvoir offrir à chacun le droit d’être quotidiennement autonome, en particulier dans les lieux publics.
Reverdir les rues pour mieux partager la ville
«Quand nos habitations se referment sur elles-mêmes et que nous tournons le dos à la rue, nous n’avons plus d’échange avec elle. La rue se retrouve morne. Les riverains la désertent. L’habitat reste figé». Le triste constat de l’architecte et urbaniste Nicolas Soulier est sans appel : nous nous trouvons dans une impasse terne et morose, et il est nécessaire de partir à la conquête de nos espaces publics et de la volupté dont ils peuvent faire preuve.
Lyon Confluence, l’expérimentation au service de la ville durable 2/2
Hier, nous vous présentions le projet de Lyon Confluence, qui a remporté le Prix de l’innovation urbaine le Monde Smart Cities en avril dernier. Retour avec Maxime Valentin, Responsable Innovation et Développement Durable à la SPL Confluence, sur les process innovants mis en œuvre dans le cadre de ce projet urbain remarquable.
Lyon Confluence, l’expérimentation au service de la ville durable 1/2
En avril dernier, pour la deuxième édition des Prix « Le Monde » Smart Cities, le journal Le Monde récompensait sept projets européens dans les domaines de l’innovation, de l’énergie, de l’habitat, de la mobilité, de la participation citoyenne et de l’action culturelle. Parmi les lauréats, Lyon Confluence remportait le Prix de l’innovation urbaine, notamment pour la mise en place progressive d’une plateforme numérique de services dédiés aux habitants. Fonctionnant principalement grâce à l’analyse de données, le programme autrefois intitulé Living Lab et depuis Eureka Confluence est une véritable expérimentation urbaine sur un territoire à grande échelle, au profit des villes durables. Nous avons rencontré Maxime Valentin, Responsable Innovation et Développement Durable à la SPL Confluence, pour en savoir un peu plus sur les process innovants mis en œuvre dans le cadre de ce projet urbain remarquable, auquel participe Bouygues Immobilier.Réouvrir la ville jusqu’à la Confluence
L’art oratoire est-il un outil de revitalisation urbaine ?
“Non mais vous croyez quoi ? Qu’on n’est pas jugé par son apparence ? Que la manière dont on se présente au monde n’a pas d’importance ? L’éloquence, la rhétorique, c’est précisément ça que je veux vous apprendre.” “Le Brio”, c’est l’histoire de la jeune Neïla Salah, originaire de Créteil, qui rêve de devenir avocate. Une fois intégrée à la grande université d’Assas, elle rencontre son professeur Pierre Mazard, incarné par Daniel Auteuil. Celui-ci la provoque sur son élocution qu’il associe à ses origines de banlieusarde et lui enseigne l’importance de “savoir parler”.
Existe-t-il une bonne architecture ?
« L’architecture du futur ne pourra être que comestible et poilue ». Voilà le postulat du loufoque peintre Salvador Dali concernant l’avenir de nos villes. Surprenant ? Voyons voir…