Ça fait l'actu !

L’architecture de crise #2 : Face à la menace de l’eau, la ville transformée

Récit
LDV Studio Urbain , le 27 janvier 2016
Dans un précédent article de notre série sur l’architecture de crise, nous avions étudié comment l’habitat ou des parties de villes peuvent évoluer pour faire face au risque de submersion. Certains projets vont plus loin et prévoient une adaptation de l’ensemble de la ville pour cohabiter avec l’eau.
mississipi-parc-eau
Visuel d’illustration du projet de parc humide central en Nouvelle-Orléans ©Waggonner & Ball Architectes


A l’échelle de la ville toute entière, La Nouvelle-Orléans, marquée par le traumatisme des tornades Betsy et Katrina, a engagé un programme de recherche appelé « Dutch Dialogues » porté par les architectes-urbanistes américains Waggonner & Ball. Située au confluent du Mississippi et du golfe du Mexique, la Nouvelle-Orléans a toujours été la «Porte des Amériques». Malgré plus de 100 ans de connaissances en techniques de protection contre les ouragans, la ville connaît un vieillissement de ses infrastructures de drainage, aujourd’hui inadaptées aux défis à relever. Pour repenser intégralement la manière de combattre le risque, un plan de sauvegarde a été conçu à partir d’une série de réunions et d’ateliers menés entre ingénieurs, designers urbains, paysagistes, urbanistes, experts des sols et de l’hydrologie, à la fois originaires des Pays-Bas et de la Nouvelle-Orléans.

Remplacer les murs par des parcs

  La ville a sensiblement bouleversé son approche en prévoyant de remplacer les centaines de murs qui contraignent les canaux par des parcs, des sentiers, des quais, des rues aux chaussées perméables. Restaurer, renaturer, en déconstruisant des fragments de ville peu indispensables au maintien des populations tels que les parkings et les friches industrielles, constitue la réponse choisie par la métropole, face aux enjeux que font peser sur elle les risques de submersions. De plus, la création d’un immense plan d’eau central permettrait de recueillir la globalité des ruissellements générés par le tissu imperméable. Un cœur aquatique, en plein milieu urbain, battant au gré des débordements et des fluctuations climatiques, en somme, qui assurerait par ailleurs l’évacuation des eaux débordant du Mississippi vers le lac Pontchartrain, ouvert sur le Golfe de Mexico.

Ainsi, offrir un cadre de vie au panorama imprenable, riche en biodiversité, en services et en espaces de détente, en plus de protéger la population des inondations, représente un programme qui séduit de nombreuses villes.


Reconstruire le lien avec la mer...



Cliquez ici pour lire la suite de l'article

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Et si l'écologie passait par des gestes aussi simples qu'un coup de pinceau ? C'est actuellement ce que Los Angeles est en train de tester. Dans cette ville où il peut parfois faire plus de 40°C, les pouvoirs publics sont actuellement en train de peindre les routes en blanc, pour faire baisser la température.

_ Brève

La réalisation devrait voir le jour d'ici 2019. Pour inciter à la cohabitation entre la ville et la nature l'architecte italien Stefano Boeri a voulu marquer les esprits avec la réalisation d'une forêt verticale de 90m de hauteur, composée de plus de 10.000 plantes.

_ Brève

Au Mexique, la ville touristique d'Amaitlán vit en autonomie énergétique et a été conçue de manière à ce qu'il n'y ait plus aucun déchet. Comment la ville trouve son équilibre entre écologie et tourisme ?

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image