Ça fait l'actu !

Base, le nouveau lieu pour la justice climatique et sociale

Brève
La Rédaction , le 05 avril 2019
C’est à Paris, à côté de la place de la République, que 10 organisations ont choisi de s’installer afin d’accélérer le mouvement climatique et social initié il y a quelque mois. Face à l’urgence de la situation, elles ont décidé de se rassembler dans un lieu pour fédérer et alarmer les citoyens.
Sur le site internet de Base (Base d'Action Sociale et Ecologique), le message est clair : “nous avons 2 ans pour réorganiser nos modes de vies et éviter d’atteindre les seuils d’emballement climatiques irréversibles”. Depuis quelques mois, alertées par les recherches scientifiques, les actions collectives en faveur de la protection de l’environnement et du climat prennent de plus en plus d’ampleur. Le 16 Mars dernier, ce sont près de 350 000 personnes qui se sont mobilisées dans les rues dans nos villes françaises pour dénoncer l’inactivité politique et industrielle face à l’urgence climatique. Quatre organisations (Notre affaire à tous, Oxfam France, Greenpeace et la fondation pour la nature et l’homme) ont également décidé de se regrouper au nom de l’intérêt général pour attaquer en justice l’Etat français pour le forcer à respecter ses engagements climatiques. Renommée l’Affaire du siècle, cette action a reçu actuellement le soutien de 2 175 386 citoyens qui ont décidé de signer la pétition mise en ligne. Dans la poursuite de cette dynamique croissante, ce sont 10 organisations qui ont, à leur tour, décidé de créer un lieu fédérateur au cœur du 10ème arrondissement de Paris.

Un lieu pour s’engager pour le climat
Le 1er mars dernier, les portes d’un ancien atelier de textile se sont ré-ouvertes pour devenir le point d’ancrage du mouvement climatique et social. Imaginé par 10 organisations (Alternatiba, Action Climat, le Consulat, le Mouvement, FAIR[e], Notre Affaire à tous, Partager c’est sympa, Nature Rights, le mouvement Utopia, et 350.org), ce nouveau lieu hybride accueille désormais un bar associatif, un espace de coworking et une salle d’événementiel. C’est grâce à un financement participatif que les 700 m2 de ce lieu ont pu être aménagés. Ils seront désormais occupés pour 13 mois, avant leur transformation prévue en hôtel par un projet immobilier.

Ce nouveau point de ralliement pour les acteurs du mouvement écologiste a pour objectif premier d’être un lieu ouvert à tous. Son entrée, à prix libre, permet de venir chercher des informations et de rejoindre des projets d’organisations engagées dans le mouvement climatique. La “Base” est aussi un lieu de soutien à l’ensemble des organisations et collectifs luttant pour la justice climatique qui peuvent utiliser le matériel mis à disposition, mais également des salles et postes de coworking. Enfin, c’est un espace d’échanges et de convergence des combats portés par les différentes organisations, leur permettant une meilleure coordination de leurs actions tout en gardant leur propre identité.

En poussant les portes du 31 rue Bichat, vous pourrez découvrir les nombreux événements qui y sont organisés, et participer aux actions menées. On espère que l’ouverture d’un tel lieu permettra de fédérer toujours plus de monde autour des questions climatiques, pour co-construire des villes plus saines et justes !

Photo de couverture - Marche pour le climat sur Unsplash

Vous aimerez aussi ...

_ Débat

Dans un rapport sur la question de biodiversité publié le 6 mai dernier, 150 experts de l’ONU sonnent l’alarme : environ un million d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction. Dans un monde où la part d’espaces urbanisés croît chaque année, est-ce que la ville peut se mettre au service de la protection de celles-ci et favoriser la biodiversité urbaine ?

_ Brève

Souvent considérée comme nuisible, avec ses moustiques, ses rats et ses blattes, la biodiversité en ville n’a pas toujours une bonne image. Pourtant, bien au delà de son aspect attirant, à l’image des parcs et jardins, la biodiversité possède un rôle fonctionnel incontournable où chaque espèce à sa place.

_ Brève

Depuis plus de 6 mois, les Istanbuliotes peuvent désormais acheter leurs titres de transports en recyclant des bouteilles plastiques. Une expérimentation originale de la municipalité pour sensibiliser les habitants au recyclage !

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image