Ça fait l'actu !

Bordeaux : quand l’art remplace la pub

Brève
La Rédaction , le 20 novembre 2017
Un mobilier urbain triste et impersonnel et une volonté de démocratisation de la culture ? La société Ôboem propose une solution en remplaçant les publicités par des œuvres d’art.
Le street art connait un essor important en France et réinvestit les rues. Lille, Grenoble ou Paris offrent leurs murs à ce nouveau mouvement artistique. L’esthétisme prôné permet de personnaliser des espaces neutres et aux habitants de réinvestir l’espace public. La société Ôboem propose depuis juin à quiconque de devenir mécène afin de remplacer les affiches publicitaires par des œuvres d’art.

Le système est simple, il s’organise en différentes campagnes tous les 15 jours tout au long de l’année. Les mécènes achètent une œuvre, la reçoivent chez eux et elle est ensuite exposée dans les traditionnels panneaux JC Decaux. Ces expositions éphémères permettent également de financer de nouveaux artistes et de les faire connaître. La première campagne de ce projet a permis d’exposer 17 œuvres sur 70 espaces publicitaires dans Bordeaux grâce à 130 participants.



Cet art solidaire permet de transformer l’atmosphère en ville. Après les violentes campagnes anti-pub ou les affiches publicitaires étaient vandalisées dans de nombreuses agglomérations, ce système apparaît comme une réappropriation plus juste de l’espace public. Ce mouvement permet également de mettre l’art à la portée de tous et de sensibiliser un public plus large. L’art contre la pollution visuelle est un concept qui pourrait rapidement se développer dans d’autres villes de France.

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Un collectif a ouvert une école de cinéma gratuite dans des quartiers défavorisés de la Seine-Saint-Denis pour donner aux habitants les mêmes chances d’accès à des études cinématographiques. Une initiative qui ouvre des portes sur un territoire où l’accès aux équipements n’est pas toujours facilité.

_ Débat

Les maires des villes de banlieues et des petites communes démissionnent de plus en plus, démotivés par le manque de moyens, lassés par leur surmenage et le manque de considération de l’Etat et des citoyens. Alors comment stopper les démissions ? Comment redonner du sens à l’échelle locale et à cette fonction ?

_ Débat

Pour fluidifier le trafic et pour limiter la pollution, le projet de Loi Mobilité s’intéresse aux transports autoroutiers et aux nouvelles mobilités. Les modes de déplacement plus traditionnels comme le transport en commun, le vélo ou le piéton n’y font que de timides apparitions. Pourtant, le péage urbain proposé questionne l’agencement de toutes les mobilités pour davantage d’inclusivité.

0 Commentaires

  1. […] Source(s) :  Lumières de la Ville […]

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image