Ça fait l'actu !

“Make Friday Green again” : et si on consommait différemment ?

Brève
La RĂ©daction , le 26 novembre 2019
Tous les ans, à la fin du mois de novembre, nos villes et commerçants se mettent aux couleurs du Black Friday, période pendant laquelle les publicités et les prix cassés se multiplient. Pourtant certaines initiatives encouragent les comportements éco-responsables et viennent réinterroger le système de sur-consommation dicté par la société actuelle. C’est le cas du Green Friday, qui depuis 2017, cherche à démontrer qu’il est possible de consommer différemment en ville.

Des entreprises qui s’engagent


Cette année, ce sont plus de 180 entreprises commerciales et associations qui se sont regroupées pour faire porter leur message : celui de tendre vers une consommation responsable et accessible à tous. Un mouvement citoyen qui résonne fortement face au dispositif mondial du Black Friday, une journée pendant laquelle de nombreux magasins proposent d’importantes réductions et incitent par conséquent à la sur-consommation de nombreux produits.

Leurs motivations ? Sensibiliser aux alternatives de consommation pour répondre aux enjeux écologiques et sociaux actuels. En effet, la production massive de produits de consommation entraîne une pollution considérable, notamment en raison du gaspillage de produits non ou très peu utilisés.


Des initiatives dans de nombreuses villes de France 


Pour éveiller les consciences des consommateurs sur les alternatives qui existent à la surconsommation, de nombreuses actions engagées sont prévues dans la journée du 29 novembre. Les commerces partenaires s’engagent par exemple à ne pas appliquer de ristournes, et à reverser 10% de leur chiffre d’affaire du jour à une association.

Le Green Friday est avant tout l’occasion d’entrer dans ces commerces partenaires pour non plus consommer, mais pour échanger autour de bonnes pratiques écologiques. Au programme : ateliers de réparation d’objets, cours de couture pour reprendre les vêtements usagés plutôt que de les jeter, et de multiples autres activités.

L’idée est d’inciter les citoyens à adopter des comportements éco-responsables, notamment en donnant une seconde vie aux objets du quotidien, et en limitant l’achat de produits neufs. Une belle occasion de réfléchir à l’impact de l’omniprésence des enseignes commerçantes monofonctionnelles sur nos centres villes urbains, et de montrer que les commerces peuvent également être des lieux d’échanges et de rencontres.

Crédit photo de couverture ©Jorge Fernández Salas via Unsplash





Vous aimerez aussi ...

_ RĂ©cit

L’appel à la grève illimitée du 5 décembre par de nombreux corps de métiers risque de ralentir le rythme des villes et obliger les citadins à modifier leurs habitudes. Pour cette occasion, la rédaction de Lumières de la ville s’est posée une question simple : et si cette grève s’installait durablement, que se passerait-il ? Comment les villes se transformeraient-elles ? Nous sommes en 2020, 300 jours de grève derrière nous : scenario urbain fiction.

_ Brève

Jeudi 5 décembre s’annonce comme journée noire en termes de transports en commun à Paris, mais également dans de nombreuses villes de France. Une occasion de ressortir son vélo de la cave, et de partir à l’aventure ! Mais ne vous inquiétez pas, un outil va vous aider à pédaler en toute sécurité.

_ Brève

Les municipales approchent, et avec elles, de nouvelles idées et propositions émergent dans tous les territoires pour rendre nos villes plus vivantes et développer des mobilités adaptées aux besoins de tous. Deux associations parisiennes ont réfléchi à une solution pour encourager et faciliter l’utilisation du vélo au sein du Grand Paris.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image