Ça fait l'actu !

La ville, le nouveau terrain de jeu des runners ?

Débat
La Rédaction , le 18 avril 2019
D’après une étude réalisée en 2017 par l’Union sport & cycle, 27% des français de plus de 18 ans pratiquent le running. Véritablement démocratisé depuis les années 1970, la course est l’un des sports les plus appréciés par les urbains. Avec ses parcs, berges et grands axes de déplacement, la ville semble être un terrain adapté pour la pratique de la course. Mais derrière cet engouement collectif, quels sont les questionnements suscités par la pratique de ce sport en ville ?
La course, et notamment sur longue distance, a très longtemps été un sport pratiqué dans les stades d’athlétisme. On cherchait alors l’excellence et à réaliser des performances sportives toujours plus rapides. Ainsi, on ne courait jamais dans l’espace public et le temps n’était pas à la course pour le plaisir. Pourtant, à partir des années 1970, la pratique de ce sport est peu à peu déployée dans le reste de la ville, conquérant ainsi de plus en plus d’adeptes. Avec environ 13,5 millions de runners aujourd’hui, dont 76% habitants en zone urbaine, le succès du running n’est plus à démontrer dans la ville. Mais pourquoi ce sport réussit-il à séduire les citadins ? La ville est-elle réellement un espace adapté à cette pratique ? Et plus généralement, peut-on vraiment avoir une pratique sportive en ville ?

Le running en ville : répondre à un nouveau mode de vie urbain
Depuis 2015, la santé est devenue la préoccupation première des français. Pendant longtemps ignorée, il semblerait que les français fassent de plus en plus attention à leur façon de vivre, que ce soit par l’alimentation ou encore le sport. Cette nouvelle prise de conscience se traduit par une augmentation accrue du nombre de sportifs, et notamment des sportifs de “loisirs”, c’est-à-dire une pratique en dehors des clubs sportifs. En tout aujourd’hui, ce sont plus de 30 millions de français qui pratiquent une activité sportive régulière.

L’augmentation de la pratique sportive, répondant à une plus grande attention portée à l’état de santé, s’accompagne également d’une mutation de la façon de pratiquer le sport. Au fil des années, la pratique sportive devient de plus en plus urbaine. Elle répond en effet à un nouveau besoin du mode de vie urbain : avoir une activité énergétique importante sans avoir besoin de sortir de la ville. La pratique sportive urbaine (que cela soit le skateboard, le basket, le BMX ou encore la course) se soustrait aux règles classiques du sport fédéral. Pas besoin de respecter des horaires fixes, d'entraîneurs à écouter, de licences à acquérir, c’est la liberté de pratiquer quand on le souhaite avec qui on veut, beaucoup d’avantages qui résonnent dans la tête des citadins. En sortant des codes fermés du sport fédéral, le running conquiert de plus en plus de personnes, trouvant dans la flexibilité de sa pratique de réels avantages. Grandement apprécié du public féminin, le running est adopté par tous types de profils et tous les âges. Ainsi, on peut facilement commencer à courir peu importe son âge et les progrès sont rapidement mesurables, de quoi encourager à continuer et en faire une nouvelle habitude.

Il faut dire que la pratique de la course en ville a un double avantage. Elle peut-être totalement solitaire : le sportif sort de chez lui courir quand il le veut, sans dépendre de quelqu’un. Ou au contraire, cette pratique peut devenir un temps fort de sociabilité : des challenges sont lancés entre collègues pour s'entraîner avant une course spéciale, les amis s’encouragent dans l’effort, des groupes peuvent se former. Le développement des entraînements collectifs illustre bien une volonté commune de faire de cette activité un moment de rencontre. Derrière la pratique sportive, c’est bel et bien une pratique communautaire qui se met en place. Avec des codes, pratiques et tenues vestimentaires communes, il est vite facile d’intégrer la grande famille du running. Là où en ville il est quelquefois compliqué de rencontrer de nouvelles personnes, la course le permet assez facilement.

Seul ou à plusieurs, la pratique du running s’adapte selon les envies © Unsplash

Le running est également l’une des pratiques sportives les plus connectées. Il existe un nombre impressionnant d’applications mobiles qui permettent d’améliorer ses capacités, mais également partager ses courses et performances atteintes (temps de course, kilomètres parcourus) avec le reste de ses amis, mais aussi rencontrer du monde en pouvant identifier ceux qui utilisent les même circuits de courses. Ainsi, les applications existent également pour trouver de nouvelles personnes avec qui aller courir, de quoi être sur de rencontrer des nouvelles personnes qui ont des points communs avec soi.

Le développement des gammes vestimentaires et des chaussures à des prix très accessibles par des grandes enseignes sportives a également aidé la démocratisation de la course. C’est ainsi l’un des sports les moins onéreux actuellement car comme dit précédemment, il n’y a pas besoin de payer de licence ou encore d’équipements spécifiques. De quoi séduire encore plus de sportifs.

Le running répond donc sur beaucoup de points au mode de vie urbain : flexibilité, gratuité, connectivité, accessibilité, autant de points forts qui permettent aux citadins de pouvoir s’épanouir dans cette pratique sportive. La ville devient donc le principal lieu du running, mais quels sont les avantages qu’elle peut offrir aux coureurs ?

L’espace urbain, une multitude de lieux appropriables par le sport ?
La ville, dans sa spatialité, offre une large quantité de choix de lieux pour pratiquer le running. Grâce à la géolocalisation utilisée par les applications de running, il est désormais possible d’analyser les flux des coureurs en ville pour déterminer les lieux qui sont privilégiés par ces derniers. Sans grande surprise, les parcs urbains et berges de fleuves ou mers, ainsi que les cheminements réservés aux piétons, sont largement favorisés par les coureurs. Souvent éloignés des voies de circulation pour les automobiles, ces espaces offrent une pratique plus sécuritaire de la course. Le lien avec la nature semble également être apprécié par les runners : les parcs et berges proposent des espaces beaucoup plus végétalisés que le reste de la ville.

Serait-ce l’inconscient des runners qui cherchent à s’éloigner de la pollution qui s’exprime ici ? Mais ces lieux proposent surtout de larges surfaces planes, sans trop d’obstacles, facilitant la pratique de la course. En dehors de l’espace physique que la ville propose, de nombreux aménagements peuvent servir à la pratique de la course. Les escaliers sont fortement appréciés des coureurs les plus férus de cardio. De même le mobilier urbain peut être le support d’un pratique sportive, notamment les étirements pour l’usage le plus basique.

Cette appropriation par la course de l’espace urbain est d’autant plus visible qu’il y a de plus en plus d’évènements, de temps forts urbains, exclusivement dédiés à cette pratique en ville. Marathons, semi-marathons, urban-trail ou encore courses solidaires soutenant une cause, chaque ville accueille sa compétition de running et attire le temps d’un week-end les foules. Le week-end dernier, pour la 43ème édition du marathon de Paris, ce sont 49 155 coureurs qui ont foulé les pavés des grandes voies de la capitale. Devenu à part entière un élément marketing urbain, ces grands événements sportifs mettent à l’arrêt les rues le temps d’un moment, et proposent de (re)découvrir la ville d’une manière insolite. Attention cependant à ce que ces événements ne poussent pas à la gentrification de ce sport, avec des prix assez élevés pour l’inscription des participants.

Le marathon de Seattle attire chaque année environ 18 000 coureurs - ©Unsplash

C’est d’ailleurs sur ce concept que s’est créé l’urban trail de Lyon en 2007. Avec plus principale slogan “La ville comme vous ne l’avez jamais vu”, cette course propose ainsi un parcours technique amenant des coureurs dans de nombreux lieux de la ville, comme des places, des parcs ou encore des bâtiments.. Avec plus de 6000 marches d’escaliers à gravir et 1500 mètres de dénivelé, les coureurs ont pu cette année découvrir le Conservatoire National de Musique ou encore les théâtres Gallo-Romains de la colline de Fourvière : l’occasion d’allier défi sportif et découverte touristique.

Le sport en ville, une bonne idée ?
De prime abord, sport et ville ne font pourtant pas forcément bon ménage. La qualité de l’air dans les villes est loin d’être idéale pour la pratique sportive (nous en parlions ici). Les nombreux rejets de dioxyde de carbone liés à la circulation de véhicules motorisés sont dangereux pour l’ensemble des habitants d’une ville, mais deux fois plus lors de la pratique d’un sport, car les sportifs inhalent en moyenne plus d’air durant l’effort. Lors des pics de pollution, il est d’ailleurs conseillé de diminuer au maximum ses activités physiques pour ne pas augmenter les risques liés à la pollution et notamment l’asthme.

En dehors de la question de la pollution, la pratique du running en ville est souvent confrontée aux problèmes liés aux différents flux d’usagers. Le partage des espaces entre piétons, coureurs, cyclistes et automobilistes est parfois compliqué. Cela peut engendrer des conflits ou plus grave des accidents. A l’instar des pistes cyclables de plus en plus fréquemment aménagées dans les villes, des espaces réservés aux coureurs, au vu du succès que rencontre ce sport, pourrait être pensés dans une optique d’amélioration de la gestion des flux des différents usagers de la ville.

De même, la question des textures des sols ne semblent pas vraiment adaptée à la courses. Les pavés sont de véritables pièges à chevilles foulées, et la pratique de la course sur sol dur peut engendrer des blessures chez certains coureurs, amplifiant la résonance des chocs. Le sols plus mous, comme les sols en terre ou en stabilisé, peu présents en ville, sont pourtant plus adaptés à la pratique de la course notamment pour préserver les articulations. Les ré-introduire en ville pourrait à la fois ravir les runners, mais également améliorer la gestion des eaux pluviales, souvent catastrophiques en ville,  en facilitant leur infiltration.

Les textures de sols peuvent se révélées parfois inadaptées à la course ©Unsplash



De nombreux aménagements peuvent donc être imaginés pour améliorer les conditions de la pratique de la course, et plus largement du sport, dans l’espace urbain. Source de sociabilité, mais également pratique nécessaire à une hygiène de vie correcte, il ne faut surtout pas que la ville devienne un obstacle pour sa pratique. De petits dispositifs peuvent être alors pensés pour inciter les personnes à se mettre au sport, mais également pour montrer comment utiliser ce que la ville offre déjà pour se mettre en mouvement. A Eindhoven, aux Pays-Bas, en partenariat avec une entreprise Strasbourgeoise Denovo, la municipalité à imaginer une série de pancarte disposée dans la ville à destination des personnes âgées. En expliquant différents exercices réalisables avec le mobilier urbain présent, la ville a finalement créé un parcours de santé sans réaliser aucun travaux. Une façon originale et économe d’inciter tout type de public à la pratique sportive, et surtout de quoi donner l’inspiration pour nos villes françaises !

Photo de couverture Unsplash

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Le sport en ville est une pratique répandu et courante, comme la course à pied ou le vélo … Mais aujourd’hui, des formes d’activités naissent et prennent possession de l’espace urbain en lui attribuant des fonctions nouvelles et innovantes.

_ Brève

Dans la commune d’Orvault, en Loire-Atlantique, un nouveau système d’auto-stop citoyen local a vu le jour. Repenser la place de la voiture au sein de la ville pour trouver une meilleure gestion des flux, voilà le défi que s’est lancé l’association des Ateliers écolo-citoyens avec leur projet CocliquO.

_ Brève

Allier professionnels de la ville et futurs locataires pour réaliser le logement de demain ? C’est ce que propose la ville de Paris avec son tout premier projet d’habitat social collaboratif dans le XIVème arrondissement !

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image