La minoritĂ© Kurde compte entre 30 et 40 millions de personnes, rĂ©parties entre diffĂ©rents pays que sont notamment la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie : pour ces pays-lĂ , elle constitue la principale minoritĂ© nationale. De la dynastie des Ayyoubides au XIe siĂšcle, Ă  la brĂšve irruption d’un Kurdistan indĂ©pendant en Iran de 1844 Ă  1846, l’histoire des Kurdes remonte Ă  loin. Aujourd’hui, le rĂȘve d’un Kurdistan indĂ©pendant persiste, mĂȘme si il suscite la fervente opposition des États concernĂ©s. Il reste un territoire mythique, sans frontiĂšres, toujours revendiquĂ© par le Parti des travailleurs du Kurdistan, sĂ©paratistes kurdes en Turquie. Au mieux, des rĂ©gions autonomes, et des maires pro-kurdes dans certaines localitĂ©s. 

Les Kurdes sont aujourd’hui confrontĂ©s Ă  diffĂ©rents types de discriminations et de rĂ©pressions, en tĂ©moigne l’intervention de l’armĂ©e turque en Syrie au dĂ©but du mois d’Octobre, entre autres pour limiter l’influence des forces armĂ©es kurdes dans cette rĂ©gion limitrophe avec la Turquie. 


Diyarbakir et la Turquie

Durant les annĂ©es 1920, la RĂ©publique de Turquie de Mustafa Kemal s’est affirmĂ©e contre le mouvement sĂ©paratiste kurde, au profit d’une unitĂ© nationale et territoriale. La ville de Diyarbakir, surnommĂ©e « Amed » en Kurde, est situĂ©e dans le Sud-Est du pays, au bord du Tigre, et reste encore aujourd’hui un bastion du mouvement pour l’autonomie et la reconnaissance des droits culturels kurdes. Cette ville de 900 000 habitants est considĂ©rĂ©e comme la capitale kurde de Turquie, elle est d’ailleurs un refuge pour les ruraux kurdes depuis les annĂ©es 1980.

DĂšs le XIe siĂšcle, Ă©poque de construction de la Grande MosquĂ©e, les populations kurdes sont prĂ©sentes dans la rĂ©gion. Durant la PremiĂšre Guerre mondiale, la ville subit Ă©galement les consĂ©quences funestes du gĂ©nocide armĂ©nien. En 1979, l’arrivĂ©e du PKK Ă  Diyarbakir ne fait que renforcer l’emprise culturelle et dĂ©mographique kurde sur la ville. Depuis 1999, presque tous les maires qui se sont succĂ©dĂ© sont pro-kurdes. Aujourd’hui, cette ville se veut Ă  la fois le thĂ©Ăątre et l’objet des affrontements entre turcs et kurdes, en termes territoriaux certes, mais surtout du fait des enjeux patrimoniaux, historiques et culturels qu’elle reprĂ©sente. 

Les enjeux patrimoniaux 

La ville est en effet rĂ©putĂ©e pour son patrimoine culturel riche : elle compte 595 bĂątiments historiques en tout. Le 4 Juillet 2015, la forteresse et la vieille ville de Sur, emblĂ©matiques de Diyarbakir, sont inscrites au Patrimoine mondial de l’UNESCO – institution dans laquelle le MinistĂšre de la Culture et du Tourisme turc est trĂšs impliquĂ©, notamment financiĂšrement. 

Vieille ville de Diyarbakir ©Alexandra Roux

Cette labellisation engage d’un cĂŽtĂ© un projet touristique plus Ă©laborĂ©, de la part du gouvernement local, avec le dĂ©veloppement d’équipements et de services touristiques, la mise en tourisme et la valorisation d’un site qui s’étend sur plus de 6000 mĂštres de pĂ©rimĂštre. Ce programme de valorisation touristique participe Ă  mettre en valeur l’histoire culturelle kurde. Mais il se heurte Ă©galement au dĂ©sintĂ©rĂȘt volontaire de la part des pouvoirs publics, avec certains bĂątiments laissĂ©s Ă  l’abandon, et peu d’initiatives de rĂ©novation ou de conservation de la part du pouvoir central. Les nombreux conflits armĂ©s qui ont lieu au centre-ville participent Ă  endommager les bĂątiments, autant qu’à faire fuir les habitants : prĂšs de 20 000 personnes auraient quittĂ© la vieille ville depuis les 5 derniĂšres annĂ©es.

 

D’un affront territorial Ă  une bataille symbolique 

Il y a donc deux tendances contraires, avec une volontĂ© de valorisation patrimoniale qui se heurte, de maniĂšre presque simultanĂ©e, Ă  la cristallisation des tensions entre le gouvernement local pro-kurde et les autoritĂ©s turques. L’instauration progressive d’un couvre-feu dans la vieille ville, par exemple, a donnĂ© lieu Ă  de nombreuses interventions de l’armĂ©e et de la police. Depuis 2015, cette mesure a causĂ© plusieurs morts, ainsi que de lourdes dĂ©gradations pour certains bĂątiments. 

La bataille est aussi symbolique : les forces armĂ©es turques viennent Ă©tendre le drapeau national dans la vieille ville, lĂ  oĂč il Ă©tait assez peu montrĂ©, mais y inscrivent aussi slogans et symboles nationalistes turcs sur les murs. Le patrimoine chrĂ©tien est volontairement dĂ©gradĂ©, ce qui nuit Ă  l’image multiculturelle et multiconfessionnelle de Diyarbakir. 

La ville se fait donc le lieu de revendications identitaires, Ă  la fois de maniĂšre concrĂšte – car elle devient un bastion pour la lutte de pouvoir, directement visible par les populations – et de maniĂšre symbolique. Instaurer un climat de tensions dans les rues de la vieille ville, tenter de se rĂ©approprier les symboles patrimoniaux et historiques de la ville, qui sont aujourd’hui de renommĂ©e internationale, c’est revendiquer culturellement cet espace, autant que territorialement. Mais c’est surtout malheureusement dĂ©truire ce qui fait aujourd’hui l’identitĂ© et l’urbanitĂ© de Diyarbakir, afin de pouvoir mieux l’effacer et en rĂ©Ă©crire l’histoire…

De Carthage, en 146 avant JĂ©sus-Christ, Ă  Lhassa ou de Sarajevo au XXe siĂšcle, ce que l’on pourrait nommer « urbicide » s’impose donc, Ă  chaque Ă©poque, comme une tactique souvent employĂ©e dans les conflits ethniques et politiques. Car les villes sont aussi, et l’on a souvent tendance Ă  l’oublier, le symbole d’enjeux patrimoniaux, mĂ©moriaux et culturels forts, que l’on cherche Ă  dĂ©truire en temps de conflits.

Crédit photo de couverture ©Poyraz 72 via Wikipédia