Ça fait l'actu !

L’été, c’est la saison du street-art à Bordeaux

Brève
La Rédaction , le 08 août 2018
Saison Street Art #3 Bordeaux a aussi son festival estival d’art urbain !
Pour la troisième fois, la ville de Bordeaux accueille «  la Saison Street Art  » un festival qui s’étend de juin à septembre et souhaite mettre en exergue les multiples visages des arts visuels qui peuvent occuper les espaces publics urbains. Créé en 2016, le festival prend cette année la forme de 12 projets qui s’éparpillent dans les rues bordelaises. Une soixantaine d’artistes sont associés à l’événement. Le programme annonce la tenue d’expositions, de tables rondes, de projections cinématographiques ainsi que la réalisation de fresques qui pourront être conservées comme cela a pu être le cas à la suite des saisons précédentes.

A cette occasion une association « d’actions et de médiation culturelle », L’irrégulière, propose des visites guidées gratuites dans la ville, à pied ou à vélo, pour en apprendre davantage sur le street art et une trentaine d’œuvres du coin. Plusieurs parcours sont élaborés et accompagnés d’explications dans Bordeaux et ses alentours.

Pour ceux qui souhaiteraient mieux connaitre l’histoire de ce mouvement artistique, l’exposition « Légende Urbaines » qui investit la base sous-marine de Bordeaux raconte, à travers des œuvres emblématiques d’artistes renommés, l’évolution du street art. Invader, Banksy ou Shepard Fairey sont à l’honneur. Ce lieu offre aussi un espace de création libre, in situ. 2000 m² de bunker, bruts, construits par les forces d’occupation à l’heure de la seconde guerre mondiale et aujourd’hui voués à être transformés et sublimés par des artistes locaux, mais pas que !

L’occasion de découvrir la diversité de cette discipline qui n’a de cesse que de se réinventer, s’adapter aux différents supports que lui procurent les villes. Des villes qui sont de plus en plus nombreuses à réaliser la richesse que peuvent représenter ces œuvres et la valeur qu’elles sont susceptibles de donner à leurs espaces communs, la nécessité donc également d’encourager leur création et de les mettre en valeur.

Vous aimerez aussi ...

_ Portrait

Inauguré le 31 janvier 1977, le centre national d'art et de culture Georges-Pompidou n’a pas manqué de faire polémique pour son modernisme apparent, son aspect industriel et ses couleurs criardes.

_ Brève

Dans le bourg d’Ichikawamisato, le délitement des liens sociaux est un enjeu commun à de nombreuses villes de banlieues japonaises. Pour y faire face, un coiffeur local a fait appel à un architecte dans le but de créer une extension ouverte et propice à la rencontre pour sa boutique !

_ Brève

Cette année 2018 a été riche en évènements auxquels nous avons participé. Voici une petite selection d'articles issus de nos rencontres et découvertes lors de ces moments marquants !

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image