Ça fait l'actu !

En Inde, un nouveau logement intergénérationnel allie tradition et savoir-faire

Brève
La Rédaction , le 18 mars 2019
A côté de New-Delhi, en Inde, l’agence d’architecture Vir.Mueller Architect innove en proposant un logement-modèle intergénérationnel. En s’inspirant des lieux et des conditions de vie locale, les architectes ont fait de ce projet une aventure sociale et familiale.
Avec une surface de 960 m2, cette maison, dessinée par l’agence d’architecture de New-Delhi Vir.Mueller Architect, héberge actuellement toute une fratrie : 2 frères et leurs familles, ainsi que leurs parents. A l’image d’un petit village, une rue centrale dessert les logements des 3 générations familiales. Conçue comme un véritable prototype de vie multigénérationnelle, à travers la résidence Singh, les architectes ont réfléchi à un modèle résidentiel adaptable et reconstructible à travers le pays.

Partir de la richesse d’un lieu pour y proposer un projet social et solidaire
La particularité du travail de l’agence Vir.Mueller Architect est simple : avec une maison individuelle construite en moyenne par an, l’agence prend le temps de réfléchir et de proposer des projets respectueux de leur environnement, de la culture indienne, aux détails travaillés. Cette intelligence de conception se retrouve dans le projet de la maison Singha. Imaginée entièrement avec des matériaux locaux, c’est à dire des briques et du bois de teck des forêts voisines, l’architecture proposée allie confort et esthétisme indien.

A la demande du client, le chantier a été réalisé par 20 ouvriers de la ville. Les architectes ont dû s’adapter et suggérer une méthode de conception simple pour que tous les travailleurs, y compris ceux étant peu qualifiés et analphabètes, puissent la comprendre. Employer des travailleurs locaux leur a donc permis d’imaginer et de dessiner le projet dans le but de proposer une architecture égalitaire et universelle pour l’Inde.

Une intelligence de conception au service du confort des habitants
Avec très peu de matériaux utilisés, les architectes ont réussi à apporter le confort thermique nécessaire dans un pays où les journées sont souvent très chaudes. Un fait qui risque aussi de s’aggraver avec le réchauffement climatique. La façade de briques, grâce à un calepinage judicieux, permet ainsi à l’ensemble du bâtiment de se ventiler et apporte un refroidissement naturel des lieux. Les ouvertures et ombres créées en façade dessinent des percées visuelles sur l’extérieur tout en maîtrisant l’entrée de lumière dans le bâtiment. Enfin, cette façade protège les habitants de la poussière extérieure. Les briques ne demandent que très peu d’entretien, leur fabrication et leur mise en forme est rapide, facilement réalisable et écologique, c’est donc un matériau qui semble complétement adapté aux conditions locales.



Avec ce projet, l’agence d’architecture Vir.MuellerArchitects nous montre qu’un projet architectural dépasse largement l’objet bâti. En impliquant des travailleurs locaux et en utilisant les savoirs-faires ainsi que des matériaux locaux, ils ont réussi à concevoir un lieu intergénérationnel aux qualités architecturales remarquables. L’expression “Less is more”, de l’architecte Franck Lloyd Wright, prend ici tout son sens : avec peu nous pouvons réaliser un projet de qualité. Une logique qui semble des fois perdue dans notre pratique architecturale contemporaine, mais qui redevient heureusement pour certains un réflexe, et cela dans une logique de frugalité pour répondre aux enjeux sociétaux et environnementaux actuels.

Source des photographies : Unsplash

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Alors que l’espace de travail occupe une place prépondérante au Japon, l’agence de design Nendo décide de revoir son architecture pour améliorer les conditions de travail des Japonais. Découvrez un immeuble de bureau qui respire la sérénité !

_ Débat

Dans un rapport sur la question de biodiversité publié le 6 mai dernier, 150 experts de l’ONU sonnent l’alarme : environ un million d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction. Dans un monde où la part d’espaces urbanisés croît chaque année, est-ce que la ville peut se mettre au service de la protection de celles-ci et favoriser la biodiversité urbaine ?

_ Brève

Souvent considérée comme nuisible, avec ses moustiques, ses rats et ses blattes, la biodiversité en ville n’a pas toujours une bonne image. Pourtant, bien au delà de son aspect attirant, à l’image des parcs et jardins, la biodiversité possède un rôle fonctionnel incontournable où chaque espèce à sa place.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image