Ça fait l'actu !

L’appel à projet “les nouvelles nuits parisiennes” : de quoi renouveler l’offre festive en ville ?

Brève
La Rédaction , le 12 mars 2019
Avec environ 13000 bars et restaurants, 150 discothèques, 300 spectacles par semaine répartis dans 130 salles, ainsi que 50 équipements sportifs ouverts jusqu’à minuit, notre capitale grouille de possibilités pour l’explorer la nuit tombée. Mais les soirées parisiennes sont-elles vraiment accessibles à tous ? Tel est le défi que lance la ville pour son nouvel appel à projet.
Avec la création en 2014 du Conseil de la nuit, la ville de Paris cherche, depuis quelques années, à repenser et à améliorer sa qualité de vie nocturne. Pour cela, elle s’assure de la tranquillité des riverains, tout en prenant en compte le développement culturel, économique et festif des offres de loisirs nocturnes, essentiels au dynamisme de la ville, sans oublier l’amélioration des conditions de vie des travailleurs nocturnes. Avec des instances de concertation entre habitants et professionnels, et collaborations entre l’ensemble des acteurs des nuits parisiennes, la ville cherche à développer et impulser un renouveau dans la vie nocturne complète et inclusive.

Pourtant, innover et renouveler l’offre nocturne n’est pas toujours chose facile. C’est pour cela que la capitale a lancé, fin février, son premier appel à projet pour la vie nocturne dans le but de “favoriser la diversité et l’accessibilité de l’offre d’activités nocturnes à Paris tout en respectant le bien-être des habitant.e.s”. Derrière cette envie de renouvellement, se cache bel et bien la question de l’inclusivité de l’ensemble de la population aux soirées parisiennes qui sont souvent privilégiées par certains types d’habitants, notamment les étudiants et les classes sociales aisées.

Les projets proposés devront alors répondre à certaines exigences. La première est celle de l'accessibilité de tous à l'événement qui devra donc être gratuit, original et s’adresser à un public varié. La deuxième est celle du respect de la tranquillité des riverains : les nuisances sonores devront être limitées pour préserver le sommeil de tous. La troisième, plus innovante, est l’attention portée à l’environnement. Ainsi, l'événement et ses participants ne devront bien sûr pas dégrader le site d’accueil, une ambition qui vise aussi surement à transformer les festivités vers une démarche plus responsable. Le jury portera une attention particulière aux projets collaboratifs qui impliqueront à la fois les habitants et les partenaires, et notamment ceux se déroulant dans des quartiers populaires. Le caractère éco-responsable de l'événement sera également apprécié. En tout, c’est une enveloppe de 50 000 euros que la ville de Paris a décidé de dédier à cet appel à projet. Chaque projet sélectionné pourra obtenir une subvention de 1 000 euros maximum.

A l’heure où les tensions liées au tapage nocturne et à la cohabitation des espaces publics la nuit s’amplifient, cette initiative de la ville de Paris semble être un bon moyen de repenser et d’innover dans l’organisation d'événements festifs pour tous, à la fois respectueux de l’environnement et des riverains. Une impulsion de belle augure pour aussi faire renaître les nuits animées et riches car, comme le disait Hemingway, Paris est une fête !

Alors faites chauffer vos méninges, vous avez jusqu’au 16 avril pour déposer vos idées  festives !

Pour plus d’informations sur l’appel à projet “ les nouvelles nuits parisiennes”, c’est par ici.
Et pour plus d'informations sur les Conseils de la nuit,  c’est par .

Photo de couverture - Source Pixabay 

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Alors que les maisons de retraite sont souvent reléguées aux franges des villes, celle de Maromme se démarque par les liens qu’elle entretient avec son quartier. Intégrée à la ville et au reste de la population, elle ouvre et met à disposition des commerces accessibles à tous.

_ Débat

Avec plus de 60 000 000 visiteurs qui se rendent chaque année dans les 1 000 musées que compte la France, ces derniers semblent avoir la cote. Mais cette institution vieille de plus de 500 ans doit s’adapter à l’évolution de la société : le musée est-il devenu un lieu ringard ? Comment cherche-t-il à se réinventer, notamment en questionnant ses liens avec la ville ? A quoi vont ressembler les musées de demain ?

_ Brève

Pour la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, qui a lieu le 17 mai, la Ville de Bordeaux inaugure un passage piéton aux couleurs de la communauté LGBT. Le but est de rendre plus visible celle-ci dans l’espace public, mais aussi d’amorcer d’un ensemble d’actions pour sensibiliser sur l’augmentation des agressions liées à l’homo-transphobie.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image