Ça fait l'actu !

Partage de savoirs : vers des villes plus conscientes ?

Billet
LDV Studio Urbain , le 27 septembre 2019
Alors que nos postes de télévision ne cessent de ressasser des enjeux urbains qui se multiplient ; révolte des gilets jaunes et territoires périurbains, réchauffement climatique, raréfaction de la biodiversité, crise sociétale et économique, il est difficile de ne pas s’inquiéter pour l’avenir de nos villes. Pourtant, face à ces enjeux, qui impactent nos espaces de vie au quotidien, de nombreuses villes se renouvellent pour sortir de l’impasse.
Et si la renaissance des villes passait par une prise de conscience ? Celle de faire preuve de plus d’humilité, en travaillant main dans la main avec tous leurs acteurs, qui les fabriquent, mais surtout toutes celles et ceux qui les pratiquent au quotidien, afin de faire émerger des solutions innovantes et adaptées… Une dynamique qui impose aux villes de partager le savoir, de transmettre mais aussi d’apprendre, pour une meilleure circulation des bonnes pratiques.

Pour prévenir les risques, les limiter ou les résoudre, collectivités, institutions, associations, citoyens et parfois entreprises vont ainsi faire preuve d’imagination et d’innovation dans le but d’expérimenter de nouvelles stratégies et actions qui pourront répondre à un ou plusieurs défis locaux. Nombreux sont ces acteurs qui participent à mieux concevoir et bâtir leurs villes et leurs territoires contribuant à une meilleure qualité de vie pour tous et toutes.

Avec cette nouvelle tendance qui consiste à remettre régulièrement en cause les pratiques urbaines habituelles, favorisons-nous l’introspection de nos villes et de nos territoires ? Tendons-nous vers des villes plus conscientes et donc plus résilientes, à-même de résoudre elles-mêmes leurs propres dysfonctionnements ?

Révolution citoyenne et écologique : comment faire la transition ?



La prise de conscience des dysfonctionnements de la ville fonctionnaliste des années 70 s’est faite tardivement. La Charte d’Aalborg est née de ce constat et des critiques de la charte d’Athènes de 1930. Ce nouveau guide vers un urbanisme dit plus “durable” est adopté en 1994 pour prendre le contrepied de l’urbanisme sectoriel qui était devenu la norme. L’urbanisme mise alors sur des villes plus mixtes qui prônent la prise en compte de l’environnement dans tous les projets urbains. Face à la crise écologique, les écoquartiers se développent alors en France.

Ce renversement des pratiques mène progressivement vers des expérimentations de nouvelles conceptions, qui ambitionnent de s’ériger en modèles urbains. Les écoquartiers deviennent progressivement des modes de planification et de conception urbaine tendance qui se développent progressivement pendant les années 2000. Leur arrivée en France en 2009, dans le cadre du plan ville durable en application du Grenelle 2 de l’environnement, vise à appuyer les acteurs qui prennent l’initiative de créer un nouveau modèle.

Pour lire la suite, rendez-vous ici !

Les commentaires sont fermés.