Ça fait l'actu !

La voiture doit-elle devenir un lieu d’échange ?

Billet
LDV Studio Urbain , le 23 octobre 2019
Symbole d’individualisme, quelle place la voiture occupe-t-elle aujourd’hui dans nos échanges, dans nos relations sociales ? Avec les développements récents du covoiturage et l’urgence écologique, doit-elle devenir vectrice de sociabilité et se transformer en lieu d’échange ?
Aujourd’hui, la voiture est omniprésente dans nos sociétés. Présente dans les quatre coins du globe, elle représente le premier moyen de transport utilisé dans le monde. Mais retournons quelques années en arrière, là où le concept de l’automobile a vu le jour pour la première fois. En 1883, l’ingénieur textile Edouard Delamare-Deboutteville propose un prototype de véhicule à essence. Alors encore considérée comme un “gadget” destiné aux catégories aisées, la voiture va progressivement se démocratiser.

Au début des années 1900, Henry Ford invente son modèle T, qu’il fera construire en milliers d’exemplaires. Grâce à lui, le transport rapide et individuel pour tous voit donc le jour, il n’est plus destiné uniquement à une certaine élite. C’est un tournant majeur dans l’histoire des mobilités. Les distances sont alors repensées, la structure de la ville évolue et les temporalités sont remises en question.

L’automobile a donc révolutionné le transport, mais a également entraîné de profonds changements sociaux et urbains, notamment dans le rapport des individus à l’espace. Elle a également  favorisé le développement des échanges économiques et culturels et a conduit à un développement massif d’infrastructures qui ont façonné les villes que nous connaissons aujourd’hui. Mais outre l’apport technique et économique que la voiture nous a fourni et continue de nous fournir aujourd’hui, elle a aussi, quoi qu’on en dise, été vectrice de liens sociaux et d’échanges, qui ont par ailleurs évolué au fil des années.

La voiture, qui fut notamment conçue pour “échapper” aux transports collectifs comme le train, le bus ou encore le tramway, était hier, synonyme de liberté individuelle, permettant de se déplacer quand on le souhaitait et où l’on voulait. A l’époque, on parlait alors de symbole d’émancipation personnelle…

Mais aujourd’hui, son usage et sa signification sont questionnés : Peut-on réellement affirmer que la voiture est encore un lieu d’échange et de relations sociales ? Rime-t-elle encore avec liberté ?

Pour lire la suite, rendez-vous ici !



Les commentaires sont fermés.