Dans notre belle capitale, à Paris, la moitié de l’espace public est réservé à la voiture, ce qui représente 1600 hectares attribués à leur circulation ou leur stationnement. Les périphéries urbaines sont aussi touchées par ce phénomène, notamment avec la démocratisation des centres commerciaux qui engendre l’expansion de ces nappes de parkings.

Voici quelques clichés qui donnent à voir la place que peut prendre la voiture en ville, laissant un vaste vide lorsque les lieux de stationnement sont désertés. Notre mobilité a un impact sur la pollution atmosphérique, mais elle a aussi cette conséquence, celle de créer des étendues immenses de terres artificialisées qui l’été sont d’immenses îlots de chaleur urbain, et qui viennent remplacer des espaces autrefois naturels. À méditer …

Crédit photo ©Ryan Searle via Unsplash

Crédit photo ©Omer Rana via Unsplash

Crédit photo ©Ivana Cajina via Unsplash

Crédit photo ©nrd via Unsplash

Crédit photo ©Filip Filkovic Philatz via Unsplash

Crédit photo ©Robert Ruggiero via Unsplash

Crédit photo ©Lucas Hobbs via Unsplash

Crédit photo ©Timothy Tan via Unsplash

Crédit photo ©Ameer Basheer via Unsplash

Crédit photo ©Shai Pal via Unsplash

Crédit photo ©Anita Denunzio via Unsplash

Crédit photo ©Aditya Rathod via Unsplash

Crédit photo ©Irving Trejo via Unsplash