Imaginez les rues de Paris, imaginez une Charolaise rue Mouftard, une Limousine place Vendôme… Improbable non ? C’est pourtant ce que certains artistes de street-art imaginent. Ils transforment les murs en champ de pâturage où les vaches sont reines. 

Pendant des millénaires, nous avons cultivé et élevé des animaux dans des fermes.

Lorsque l’exode rural s’accélère à partir des années 1850 nous quittons les campagnes, nous rejoignons les villes et laissons derrière nous, nos coqs, nos vaches, nos fermes.

Pour certains, il est hors de questions d’oublier nos fidèles compagnons, mais impossible de les amener en ville elles n’y seraient que trop malheureuses. Alors certains street-artistes décident de leur donner un morceau de mur. 

Petites ou grosses, réelles ou « cartoonesques ». De leurs regards moroses, elles apaisent nos vies grotesques, et on les comprend ! Retrouvez donc aux coins de ces murs des fermes uniques, ouvertes à tous où les animaux sont extraordinaires. 

Pas besoin donc d’aller au salon de l’agriculture pour rencontrer la Vache Idéal, égérie du salon édition 2020 : « Née avec un patrimoine génétique irréprochable légué par ses parents eux-mêmes issus de l’exploitation, Idéale a tout pour plaire » explique Jean-Marie Goujat qui dépeint précisément la charolaise parfaite : une tête courte, un museau large avec une bonne barre de coupe, de belles cornes arrondies revenant parfaitement vers ses yeux en forme de croissant autrement appelées cornes cabettes (pour les initiés), un dos large et musclé, des cuisses épaisses… Le portrait au garrot d’une séductrice qui n’a pas laissé indifférent l’Organisme de Sélection de la race qui l’a choisie pour être l’ambassadrice des charolaises !

Maintenant que tout est dit, on vous laisse choisir votre vache préférée, et si vous ne la trouvez ni sur les murs ni dans les fermes, il ne vous reste plus qu’à la dessiner. Bonne chance !