Ça fait l'actu !

Le souvenir de France Gall ancré dans l’engagement pour l’Afrique

Brève
La Rédaction , le 09 janvier 2018
France Gall, éternel casque d’or de la chanson française nous a quittés dimanche matin à l’âge de 70 ans. Sa voix tant reconnaissable, qui lui a valu une victoire à l’Eurovision en 1965 sous la bannière du Luxembourg, restera celle d’une interprète qui a continué de fasciner les générations qui ont suivi ses plus grands succès. Mais son organe du chant n’est pas le seul atout charme de la chanteuse populaire.
Un premier voyage au Sénégal, puis un second, et l’amour était né pour ce pays, mais aussi pour le continent africain de manière générale. La petite île sénégalaise de Ngor, au Nord de Dakar en est un témoin pour le moins remarquable. Et ce n’est pas simplement parce que le couple Michel Berger – France Gall y achète une maison : nous parlons bel et bien d’un engagement social et caritatif, en faveur des habitants locaux, et en particulier des enfants.

D’après le récit de la chanteuse, son engagement a en partie été poussé par cette femme sénégalaise qui souhaitait confier son enfant au couple d’interprètes. Ce que fera ce dernier par la suite est bien plus beau que ce que pouvaient imaginer la mère et son enfant. Sans adopter le jeune Babacar, il permettrait au contraire au garçon éponyme du tube de 1987 et aux autres petits sénégalais de s’épanouir pleinement sur leurs terres locales. Par la création d’une école notamment, France Gall a véritablement permis aux enfants locaux d’accéder à un enseignement qui n’était jusqu’alors très peu développé dans le pays.

Mais le domaine de l’éducation ne suffisait pas à France Gall et à son mari. En participant à une récolte de riz, le couple accompagné de Daniel Balavoine ou encore Richard Berry s’engage contre le fléau de la famine qui frappe l’Afrique. Cet engagement humanitaire nommé « Action Ecoles » est par ailleurs illustré par la chanson « SOS Ethiopie » interprétée par le couple Gall-Berger.

D’un amour pour l’Afrique qui semble inexpliqué de la part de la principale intéressée, d’un sentiment d’appartenance à une terre qui « lui donne sans le savoir », qui lui apporte une force et une énergie revigorante, France Gall s’est mobilisée pour l’Afrique et pour ses enfants avec un engouement exemplaire, qui lui donne une véritable raison de vivre. Car comme elle le disait dans le reportage de Yann-Arthus Bertrand, « Donner c’est mieux que recevoir, essaie un peu pour voir ».

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

À proximité de la ville de Meløy, le glacier Svartisen étend sa langue de glace entre les reliefs sculptés du Nord de la Norvège. À son pied, le lac Storglomvatnet et sa forme de croissant. Et c’est précisément sur cette étendue d’eau que les architectes de l’agence Snøhetta souhaitent y concevoir leur nouveau projet écologique.

_ Débat

Le service militaire est-il en train de revenir dans les objectifs du gouvernement ? Une reconduite du « service » tel qu’il était mis au point jusqu’en 1997 ne verra certainement pas le jour. C’est en revanche un dispositif entièrement rénové, semble t-il plus adapté aux enjeux actuels de société, qui devrait apparaître rapidement en France. Par ailleurs, il serait a priori obligatoire. Une bonne chose pour la France ? Et si nos villes étaient également le support d’un service obligatoire pour le bien commun de la cité ? Ou s’il fallait plutôt favoriser les engagements volontaires des citadins ? Bien entendu, il paraît légitime qu’un grand nombre de personnes puissent être davantage favorables à la démocratie, au dialogue de tous pour la construction de la ville. Mais cela est-il justifié, et à quel degré ?

_ Brève

Aujourd’hui, et comme tous les 14 Février, c’est la fête des amoureux. La Saint-Valentin, qu’elle soit célébrée ou non par les tourtereaux du monde, est l’occasion de mettre un peu d'amour au cœur de nos villes.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image