Ça fait l'actu !

Et si les street-artistes contribuaient à la construction du projet urbain ?

Débat
LDV Studio Urbain , le 10 novembre 2017
Banksy, JR ou encore Seth. Des noms qui résonnent aujourd’hui dans l’actualité urbaine. Depuis quelques décennies, l’art urbain, notamment visuel, rencontre un franc succès auprès des citadins. Le festival In Situ d’Aubervilliers, les Nuits Blanches dans plusieurs villes européennes, Seth le globe painter à travers l’émission “Les Nouveaux Explorateurs”, la multiplication d’association telles que Vitry’n Urbaine, qui proposent des balades de découverte du street-art. De plus en plus de manières d’explorer le street-art sont proposées au grand public. Un phénomène révélateur de l’engouement pour cette forme artistique très longtemps rejetée par la société.
Au cours des dernières décennies, le street-art a largement investi nos rues. Si cela n’a originellement pas été très bien accueilli, les œuvres font aujourd’hui partie de notre quotidien urbain à tel point qu’ils deviennent, dans certains cas, le résultat de commandes publiques. Le 13e arrondissement parisien, par exemple, est aujourd’hui devenu célèbre pour les nombreuses fresques murales commandées par la mairie.



Légal ou non, le street-art s’est fait une place dans notre société et dans notre quotidien. A l’origine, il est permis par la multiplication de nombreux délaissés urbains. S’il s’intéresse toujours aux creux et aux pauses urbaines, le street-art s’intègre à un site et à son environnement. Les réalisations de Oak-Oak expriment cette interaction recherchée entre l’œuvre et son environnement. L’art en ville lui apporte de la couleur et bien plus encore. Embellissement, appropriation, revalorisation, attractivité …. Des plus-values multiples pour des territoires à échelle variable.

Demain, les nombreuses friches, bâtiments abandonnés et lieux hérités de l’effondrement de notre activité industrielle disparaîtront pour faire place à de nouveaux quartiers. Avec eux, les diverses œuvres éphémères qui en ont découlé. Pourtant, cette pratique a apporté diverses valeurs à notre société et est aujourd’hui de plus en plus intégrée à notre culture urbaine. Comment penser le rapport entre l’art urbain et projets architecturaux et urbains de demain ? Le street-art, qui peu à peu se sépare de son caractère illégal et frauduleux, pourrait-il devenir un élément pensé en lien avec le projet ? Si l’art s’est dernièrement apposé à l’architecture de nos villes pour en revaloriser l’ensemble, pouvons-nous concevoir que demain l’artiste soit intégré en amont de nos projets architecturaux et urbains ?


Quand un acte de vandalisme devient outil de stratégie urbaine

Pour lire la suite de l'article, cliquez ici.

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Feng Shui, méditation et encens pourraient définir l’ancienne architecture asiatique. Le modernisme a instauré les buildings gris et « l’architecture de la photocopieuse ». La nouveauté ? Les prouesses techniques modernes associées au spiritualisme asiatique d’antan.

_ Brève

Nombreuses sont les villes qui exploitent un nouveau potentiel foncier : les friches urbaines. Strasbourg fait dans l’originalité en exploitant un bunker afin d’y développer l’agriculture bio en plein cœur de ville.

_ Brève

Passer une journée à New Delhi correspond actuellement à fumer 2 paquets de cigarettes par jour, les autorités sanitaires tirent la sonnette d’alarme.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image