Ça fait l'actu !

En Finlande, les SDF ne dorment plus dans la rue !

Brève
La Rédaction , le 27 juin 2019
En 30 ans de politique nationale, la Finlande a réussi l’ambitieux pari de faire chuter drastiquement le nombre de personnes vivant à la rue. Leur solution ? Le programme Housing first, qui permet chaque jour à n’importe qui d’obtenir un logement.
La Finlande est, depuis maintenant une trentaine d’années, engagée dans la lutte contre le “sans-abrisme”. Grâce à un réseau associatif très actif et fortement soutenu par le gouvernement, mais également le programme “Housing First” lancé en 2018 par l’État finnois, le pays est passé de 20 000 sans domiciles fixes à 6700, et cela en trois décennies. De quoi faire rougir le reste des États européens qui voient malheureusement chaque année monter le nombre de sans-abris dans leurs rues. Mais alors pourquoi la Finlande réussie là où les autres échouent ? 

Un engagement sociétal 

Pays peu peuplé d’Europe ayant un taux de richesse relativement élevé, en Finlande, l’accès au logement pour tous est une question sociétale. Fortement soutenu par les villes, le programme Housing First est porté par trois entités de l’État : le Ministère de l’environnement en charge de la construction et de la rénovation de logements, le Ministère des affaires sociales et de la santé en charge de l’accompagnement des personnes, et enfin le Ministère des finances chargé de trouver les fonds à dédier au programme. Des soutiens indispensables aux nombreuses associations très actives dans l’aide et l’urgence sociale. D’après le gouvernement, le programme, qui a largement fait ses preuves depuis son commencement, permet en plus de réaliser 10 000 euros d’économies par sans-abris et par an : en fournissant un logement, les frais de santé, d’aide sociale et de police sont fortement diminués.

D’abord un logement, ensuite un accompagnement 

Le programme Housing First renverse les codes des démarches d’inclusion sociale classiques. Chaque personne sans domicile fixe se voit proposer un logement avec un bail à durée indéterminée, quelque soit ses conditions d’âge, de santé, financières ou encore d’addiction. Peu à peu, les centres d’accueil temporaires du pays ont ainsi été transformés en logements permanents, favorisant le suivi des personnes et la mise en place d’une aide adaptée à chaque personne. Depuis 2008 et le lancement du programme, ce sont en tout 3 700 logements qui ont été créés. Alors que d’autres pays mettent en place l’accès au logement par palier, c’est-à-dire après un suivi social, une ré-intégration par le travail qui donne ensuite un accès au logement. La Finlande considère quant à elle l’accès au logement comme un droit primaire et fondamental. Au vu du succès de ce programme, se pose la question de l’adaptation de nos modes d’actions pour loger les sans-abris en France. Chaque année, la Fondation Abbé Pierre dénonce les conditions de vie des 200 000 sans domicile fixe français. Pourtant, malgré les promesses des différents chefs d’État, rien ne semble bouger... À l’heure où l’on prône une Europe collective, ne serait-il pas aussi intéressant de s’inspirer de ce type de programme porté par nos voisins ?

Crédit Photo de couverture ©josemdelaa via pixabay

 

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Devenue un élément incontournable de New-York, la High Line et ses 2,3 km de long offrent les plus belles vues sur le quartier de Manhattan. Une promenade verte qui fête déjà ses 10 ans !

_ Brève

D'ici 2030, Milan plantera 3 fois plus d’arbres qu'elle ne compte d’habitants. Oui, vous avez bien entendu, c’est le pari fou que s’est donnée la ville italienne pour les 10 prochaines années !

_ Brève

Les trajets domicile-travail, ce que les spécialistes appellent les déplacements pendulaires, font l’objet de nombreuses études sur les populations et territoires. Cela peut concerner le temps du trajet, le moyen de transport utilisé ou encore des analyses plus poussées sur la division spatiale des activités. Deux chercheurs australiens, Liang Ma de l’Institut Royal de Technologie de Melbourne, et Runing Ye de l’Université de Melbourne, ont observé les divers impacts de ces déplacements sur notre professionnalisme.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image