Ça fait l'actu !

À Grande-Synthe, le développement durable au service des habitants !

Brève
La Rédaction , le 21 mai 2019
Fortement industrialisée durant les années 60, par sa proximité avec le grand port de Dunkerque, la commune de Grande-Synthe souffre aujourd’hui des effets d’une crise sociale liée à une rapide désindustrialisation de son territoire. Pour rebondir, la mairie a fait un nouveau pari : celui d’une révolution verte !
Située dans un des territoires les plus au nord de la France, Grande-Synthe est une commune d’environ 23 000 habitants. Dotée de 70% de logements sociaux, le taux de chômage y frôle les 30% de la population et elle est également connue pour son accueil des migrants souhaitant se rendre en Angleterre. Mais derrière cette précarité, la ville cache de nombreuses ressources. Portée par une politique de développement durable engagée par Damien Carême, maire écologiste depuis 2001, la ville se met au vert pour le bien-être de ses habitants, ainsi que de la faune et flore locale.


Une production agricole par et pour les habitants

Depuis mai 2012, sous l’impulsion de l’Université populaire et de la ville, ce sont en tout 6 jardins potagers qui se sont installés en bas des tours HLM de Grande-Synthe. Leurs buts ? Assurer une transition écologique pour la ville, tout en offrant aux habitants la possibilité de consommer des produits de qualité aux prix fortement réduits. Soutenus par les services techniques de la ville, ce sont les habitants qui participent à leur entretien et à la récolte de la production. Aujourd’hui, 172  familles synthoises profitent de la production, leur permettant ainsi de manger des légumes et des fruits bio et locaux.

En plus de la création de ces 6 jardins, la ville a mis à disposition 5 hectares de forêt comestible, entretenus par l’association La forêt qui se mange. Le principe est simple, aménager un corridor d’arbres fruitiers en libre service pour que l’ensemble de la ville en profite.

©Photo NeONBRAND via Unsplash



Une production locale fortement soutenue par la ville, puisqu’en octobre 2018, suite au départ à la retraite d’un agriculteur, cette dernière a racheté les 9 hectares de terre pour y installer 3 jeunes maraîchers bio qui seront en charge d’alimenter les cantines des écoles de la ville en légumes et fruits bios. À terme, la ville prévoit de fournir l’ensemble de ses institutions via ce réseau de circuits-courts !

Derrière l’ensemble de ces initiatives, c’est avant tout une écologie sociale et inclusive qui est mise en place. En offrant des opportunités de résistance aux modes de consommations actuelles, la ville améliore la qualité de vie de ses habitants. Le partage de connaissances agricoles est aussi créateur de liens sociaux. En effet, l’ensemble de ces aménagements sont devenus au fil des années des espaces de rencontres conviviaux appréciés d’une grande partie de la population.

Véritable laboratoire d’expérimentation du développement durable, la ville de Grande-Synthe est devenue une référence en terme de transition écologique. Elle s’est vue d’ailleurs décerner en 2010 le prix de la 1ère capitale française de la biodiversité. Elle reçoit chaque année des délégations étrangères qui viennent s'inspirer de son savoir-faire écologique et social.

Nous vous invitons à découvrir le film “Grande-Synthe, une ville où tout se joue”, réalisé par Béatrice Camurat Jaud en octobre 2018, qui a su, à travers ses images, retranscrire les enjeux liés au développement durable de ce territoire en crise.

Photo de couverture ©Ville de Victoriaville via Flickr





Vous aimerez aussi ...

_ Débat

Dans un rapport sur la question de biodiversité publié le 6 mai dernier, 150 experts de l’ONU sonnent l’alarme : environ un million d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction. Dans un monde où la part d’espaces urbanisés croît chaque année, est-ce que la ville peut se mettre au service de la protection de celles-ci et favoriser la biodiversité urbaine ?

_ Brève

Souvent considérée comme nuisible, avec ses moustiques, ses rats et ses blattes, la biodiversité en ville n’a pas toujours une bonne image. Pourtant, bien au delà de son aspect attirant, à l’image des parcs et jardins, la biodiversité possède un rôle fonctionnel incontournable où chaque espèce à sa place.

_ Portrait

Fondateur d'Urban Farm Company et du concept de potager urbain PEAS&LOVE, Patrick Sheepers propose comme un jardin d'Eden au service des citadins des grandes métropoles. Entre production, pédagogie et bien être, toutes les activités sont possibles grâce à un projet d'agriculture urbaine axé sur la durabilité ...

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image