Ça fait l'actu !

Un loyer unique pour les Rennais

Brève
La Rédaction , le 18 septembre 2018
Afin de favoriser la mixité sociale, Rennes Métropole a depuis la rentrée mis en place un loyer unique pour tous les logements sociaux !
Désormais, avec cette nouvelle mesure, le loyer d’un T3 dans le centre-ville de Rennes est identique à celui d’un T3 à Chartres-de-Bretagne ou dans les 43 communes que la métropole aux 30.000 logements sociaux compte.

Ce dispositif, inédit, s’inscrit dans la loi “Egalité et Citoyenneté” (2016) et fait controverse : défendu par la mairie de Rennes, il est critiqué par le milieu associatif, notamment pour le risque de hausse des loyers à court terme. En effet, afin d’unifier les loyers, ceux en centre-ville vont certes baisser, mais ceux dans les environs risquent, en revanche, d’être augmentés.

La Place du Champ-Jacquet au centre historique de Rennes ©

Rennes Métropole ne nie pas la possible hausse des loyers, mais explique que celle-ci s’inscrit dans un processus de continuité et souligne que ce dispositif aide à éviter l’augmentation que les bailleurs étaient jusqu’à présent libres d’appliquer en cas de relocation.

La maire de Rennes, Nathalie Appéré, souligne qu’à Rennes, aussi bien que sur l’ensemble du parc HLM en France, il existe de grandes disparités de loyers. Avec le dispositif du loyer unique, la ville fait une tentative de contrer cette hétérogénéité.
Elle explique par ailleurs que de processus prendra du temps car la rotation du parc HLM peut s’étendre sur plusieurs années.

Le loyer unique s’applique non seulement aux logements neufs, mais également aux anciens logements où il est uniquement appliqué lors d’une relocation ou après des travaux de réhabilitation. Par ce biais, Rennes Métropole vise la restauration du vieux bâti, et la revalorisation de l’ensemble de certains quartiers, tel que le quartier Maurepas ou Le Blosne.


Rennes, quartier Le Blosne ©

Mais le loyer unique, favorise-t-il réellement la mixité sociale ?


L’objectif de la mixité sociale connaît de la part du milieu associatif de fortes critiques. Ainsi, les associations Consommation Logement Cadre de vie (CLCV) et la Confédération Nationale du Logement (CNL) attirent l’attention sur le fait que ce dispositif concerne en réalité seulement la partie de la population qui est éligible au logement social : soit les plus défavorisés.

Etant donné que les loyers seront désormais partout pareils, les associations soupçonnent un fort déséquilibre entre la demande de logements dans les zones “attractives”, comme le centre de la ville, et les quartiers périphériques. Consciente que le loyer en lui-même n’est pas un gage d’attractivité et dans l‘optique d’attirer les locataires sur l’ensemble de son parc de logement social (y compris les quartiers souffrant actuellement d’une mauvaise image), Rennes Métropole a lancé un programme de rénovation urbaine dont l’investissement s’élève à plus de 500M€ et s’est engagée à construire 1.000 logements neufs entre 2015 et 2020.

Malgré sa bonne volonté, Rennes Métropole reconnaît les limites du dispositif. Elle admet que la mise en place d’un système de loyer unique ne parviendra pas à entièrement accomplir le défi que de nombreuses villes cherchent à atteindre depuis des siècles : celui de créer une parfaite mixité sociale entre leur centre et leur périphérie.


Vous aimerez aussi ...

_ Débat

Les maires des villes de banlieues et des petites communes démissionnent de plus en plus, démotivés par le manque de moyens, lassés par leur surmenage et le manque de considération de l’Etat et des citoyens. Alors comment stopper les démissions ? Comment redonner du sens à l’échelle locale et à cette fonction ?

_ Brève

Alors que cette semaine les élus se réunissent pour le Salon des Maires, la fonction de maire semble encore inaccessible pour beaucoup d'habitants. Comment rendre le politique plus facile à appréhender par les citoyens ?

_ Brève

L’habitat indigne, c’est 450 000 logements estimés en France selon le Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Sans compter les habitations non répertoriées ! Pour ne plus subir d'autres tragédies, des acteurs mobilisent les citoyens pour lever le voile sur la situation critique des bâtiments.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image