Ça fait l'actu !

Ă€ Paris, on cherche Ă  lutter contre la hausse des prix des logements

Brève
La Rédaction , le 02 décembre 2019
Alors que le prix du mètre carré continue de flamber dans nos métropoles, la ville de Paris propose une nouvelle solution : la vente de 500 logements à 5000 euros le mètre carré pour ceux qui ne peuvent plus se loger dans le centre.
10 000 euros, c’est aujourd’hui le prix moyen du mètre carré à Paris, et cela risque encore d’augmenter. Face à cela, Ian Brossat, adjoint au logement à la Mairie de Paris, a imaginé la mise en place d’un bail réel solidaire, fondé sur la séparation du bâti et du foncier.

Lorsqu’un propriétaire achète son logement, il paie à la fois le prix du foncier et bâti. Désormais, la Foncière de la Ville de Paris, créé cet été, reste propriétaire du terrain, ce qui allège le coût pour les habitants qui acquièrent le bâti. La Ville a ainsi investi 15 millions d’euros pour 500 nouveaux logements qui seront livrés en 2022. Les sites concernés sont répartis dans Paris, et se situent dans le 13e, 14e avec la ZAC Saint-Vincent-de-Paul, 18e et 20e arrondissements. Deux sites sont encore à l’étude pour 150 logements supplémentaires.

Plus qu’une simple expérience, il s’agit d’un véritable projet amené à se développer pour améliorer la situation du logement à Paris. Ces logements de 3 ou 4 pièces en moyenne ont vocation à accueillir des ménages issus des classes moyennes, et 25% des logements seront réservés aux locataires de logements sociaux dont les revenus n’ont pas augmenté, mais qui subissent le surloyer.

Une réponse concrète pour des populations pour lesquelles il est de plus en plus difficile de se loger aujourd’hui. Paris n’est d’ailleurs pas la première ville à l’avoir adoptée : la ville de Lille a mis en place un système similaire, et compte bien inclure à ce dispositif 100 logements supplémentaires sur les 1000 construits chaque année.  Un premier pas vers des villes plus mixtes ?

Crédit photo de couverture ©Isaiah Bekkers via Unsplash





Vous aimerez aussi ...

_ RĂ©cit

L’appel à la grève illimitée du 5 décembre par de nombreux corps de métiers risque de ralentir le rythme des villes et obliger les citadins à modifier leurs habitudes. Pour cette occasion, la rédaction de Lumières de la ville s’est posée une question simple : et si cette grève s’installait durablement, que se passerait-il ? Comment les villes se transformeraient-elles ? Nous sommes en 2020, 300 jours de grève derrière nous : scenario urbain fiction.

_ Brève

Avec environ 13000 bars et restaurants, 150 discothèques, 300 spectacles par semaine répartis dans 130 salles, ainsi que 50 équipements sportifs ouverts jusqu’à minuit, notre capitale grouille de possibilités pour l’explorer la nuit tombée. Mais les soirées parisiennes sont-elles vraiment accessibles à tous ? Tel est le défi que lance la ville pour son nouvel appel à projet.

_ DĂ©bat

D’après un article paru dans le World Economic Forum, le monde devrait construire 2 milliards de nouveaux logements dans les 80 prochaines années pour répondre à la population grandissante. Pourtant, la situation actuelle ne semble pas suivre cette trajectoire. Plusieurs mégapoles doivent faire face à une demande toujours plus forte et une offre qui peine à y répondre. Dans ces conditions, comment les villes peuvent-elles répondre à ce défi ? Devront-elles se densifier davantage pour loger tous les urbains ou innover afin d’offrir un logement de qualité pour tous ?

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image