Ça fait l'actu !

Paris, future capitale mondiale du vélo ? 1/2

Billet
LDV Studio Urbain , le 10 janvier 2018
La vélosophie est « l’ensemble des idées, intuitions et sensations nées sur un vélo. Cet espace privilégié et paradoxal de détente dans la tension environnante produit un type de réflexion particulier, souvent proche de la fulgurance. » C’est ainsi que Didier Tronchet définit de façon originale une philosophie du vélo dans son Petit Traité de Vélosophie.
La bicyclette, ou le vélo, est un moyen de transport inventé au début du XIXe siècle par le devenu célèbre Allemand, le baron Draise. Très rapidement, le concept est repris et amélioré par le Français Pierre Michaux, notamment avec l’apparition des pédales. La bicyclette étonne et rencontre un grand succès en Europe à travers laquelle elle évoluera pendant un siècle : roues, guidon, dérailleur…

La mode s’essoufflera pourtant au profit de la voiture. Après la guerre, ce symbole révolutionnaire de modernité sera largement encouragé par les politiques d’urbanisme via la mise en place d’infrastructures correspondantes, comme les autoroutes ou les parkings. Aujourd’hui, la tendance s’inverse. Dans un besoin de retour à des villes à échelle humaine, dans une volonté écologique, dans un souci de santé publique, la pratique du vélo fait son grand retour. A tel point qu’on parle de « vélorution ». Dans des villes devenues aujourd’hui exemplaires comme Copenhague, la tendance a été impulsée par la mise en place de politiques spécifiques dès les années 70. C’est d’abord en voulant redonner une place au piéton que Copenhague en a donné une au cycliste. Ainsi, en 2014, la ville devient capitale verte européenne. Aujourd’hui, le nombre de vélos a dépassé le nombre de voitures en ville.

Le vélo, un mode de transport qui désengorge la ville

Pour lire la suite de l'article, cliquez ici.

Les commentaires sont fermés.