Ça fait l'actu !

#SoyonsHumains : le mouvement pour le retour à une ville pour tous

Brève
La Rédaction , le 21 décembre 2017
Depuis plusieurs années, la question du mal-logement et de la précarité est au coeur des débats. Chaque année, le nombre de personnes vivant à la rue augmente. Chaque année, les associations d’aide tirent la sonnette d’alarme auprès des autorités. Cette année, la Fondation Abbé Pierre va plus loin et dénonce l’accumulation de ces éléments urbains exclusif. En plus de ne pas être en capacité de pouvoir offrir au sans-abrisme, on exclut d’un espace qui est pourtant public.


La Fondation Abbé Pierre, en collaboration avec l’association Emmaüs Solidarité, a lancé une action d’alerte auprès des citoyens sur l’indignité des équipements urbains dont l’objectif unique est d’éloigner les sans-abris. Dans les grandes villes, une vague massive d’affichage de sensibilisation a été menée. En parallèle, un hastag, #SoyonsHumains a été créé pour que l’action s’inscrive dans le temps et puisse prendre l’ampleur que la cause mérite. L’ensemble des clichés sera géolocalisé et répertorié sur le site prévu à cet effet : www.soyonshumains.fr

Une action globale qui rappelle à la fois que l’espace public est public. Il nous appartient à tous. Aussi, le mouvement tient à rappeler aux autorités comme à l’ensemble des citoyens que la pauvreté n’est pas un crime, mais une situation qui bonne partie de la population. Aujourd’hui, en France, 8,6 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, avec moins de 964 euros par mois.

Mais alors comment repérer ces équipements excluants ? A quoi ressemble une ville qui rejette un partie de sa population ? L’exclusion passe par l’aménagement et le mobilier urbain. Cela peut passer par des bancs rendus inconfortables pour éviter l’installation de chacun, par des “picots” installés sur les devantures de magasins, à des rochers ou grilles pour bloquer l’accès… L’installation la plus effrayante pour le moment ? L’installation récente d’une douche automatique pour tout passant s’y aventurant sans autorisation, découverte dans le 2e arrondissement parisien.

Cette campagne nous rappelle également à quel point l’espace public aussi accueillant puisse-t-il être peut devenir hostile et générateur de conflits et d’opposition entre les individus si nous ne restons pas vigilents. Alors #SoyonsHumains !!



Vous aimerez aussi ...

_ Portrait

Alors que le mouvement des gilets jaunes a révélé un monde urbain, périurbain et rural en crise, nécessitant une transition pour répondre aux enjeux sociaux, économiques et environnementaux actuels, les professionnels de la ville, y compris les architectes, s’interrogent sur les solutions pour des territoires plus durables.

_ Débat

Dans une société qui impose des rythmes de vie urbains de plus en plus denses, désynchronisés, les temps de pause et accordés au commun se font rares. L’un des enjeux de la fête est de créer un moment singulier, d’échange, où nos usages de l’espace évoluent. Comment les pratiques festives en villes viennent bouleverser et requestionner l’ordre établi dans notre quotidien urbain ? Sont-elles réellement fédératrices ? Et peuvent-elles aider à repenser la conception de nos espaces urbains ?

_ Brève

Avec environ 13000 bars et restaurants, 150 discothèques, 300 spectacles par semaine répartis dans 130 salles, ainsi que 50 équipements sportifs ouverts jusqu’à minuit, notre capitale grouille de possibilités pour l’explorer la nuit tombée. Mais les soirées parisiennes sont-elles vraiment accessibles à tous ? Tel est le défi que lance la ville pour son nouvel appel à projet.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image