Ça fait l'actu !

On en sait enfin plus sur le mystérieux nouveau tabac de Barbès !

Brève
La Rédaction , le 24 septembre 2018
Les passants de la station Barbès-Rochechouart ont été surpris par l’ouverture de leur “nouveau kiosque”, installé dans la nuit du vendredi, 14 septembre à samedi, le 15. Ouverture définitive ou simple plaisanterie ? Le mystère autour de la “carotte” rouge a enfin été révélé.
Il ne faut pas être expert du quartier de Barbès pour connaître le fameux spectacle des vendeurs de cigarettes à la sortie du métro. L’installation de la “carotte” rouge, enseigne qui marque l’existence d’un bureau de tabac, le week-end dernier a pourtant amusé les gens du quartier ! Car si le lieu est mis en lien avec la vente illégale de cigarettes, la déclaration d’un commerce pourrait avoir des réelles conséquences.
On a donc bien eu raison de se demander s’il s’agit d’une manifestation de riverains contre ce marché informel, d’une sollicitation des bureaux de tabac environnants, ou de l’officialisation de leur activité par les vendeurs.

Qui est-ce qui a finalement occasionné la création de ce nouveau tabac ?

Tel la question que nous nous posons tous. Après une investigation du Parisien, on a pu affirmer que ce n’est donc pas la Confédération des buralistes qui fut à la création du nouveau bureau de tabac. Il a fallu attendre le 20 septembre pour qu’un compte instagram intitulé Omerta Project revendique enfin l’installation.

Ce groupe a déjà suscité l’attention de certains sur les réseaux sociaux par le message “Crackland est une contrée en perpétuelle mutation à cheval entre 18ème, le 19ème et le 10ème arrondissement de Paris. Profitez d’une sélection d’activités souterraines et en plein air pour découvrir ce monde hors du temps. Bonne visite.” publié en juillet dernier, puis, en septembre avec leur annonce : “«Pluie, neige, contrôles de police à répétition, rien ne peut dissuader les buralistes du métro Barbès-Rochechouart de vendre leurs Marlboros. Il était temps d'officialiser leur profession».

Le collectif n’a jusqu’à maintenant pas montré qui se cache derrière et les motivations de ses actions demeurent floues.

La “carotte” de Barbès a été enlevée par la RATP sous la surveillance d’une dizaine de policiers quelques heures après son installation. Et on vous avoue que c’est bien dommage, car nous, on avait beaucoup aimé, cette petite jokerie urbaine !

Pourtant, le collectif ne se montre pas vaincu et annonce déjà un prochain coup. Alors ceux qui sont curieux de découvrir la suite de “Crackland” et du “Tabac de Barbès” pourront, dès lors, s’abonner à leur compte ! Nous, en tout cas, on a hâte de découvrir leurs prochaines aventures !



Vous aimerez aussi ...

_ Portrait

Dans le cadre du SIMI (Salon de l'Immobilier d'entreprise), Lumières de la ville a interrogé quelques acteurs liés à l'immobilier pour prendre le pouls des tendances de demain du bâti de nos villes et leur place dans l'adaptation au changement climatique.

_ Brève

Un collectif a ouvert une école de cinéma gratuite dans des quartiers défavorisés de la Seine-Saint-Denis pour donner aux habitants les mêmes chances d’accès à des études cinématographiques. Une initiative qui ouvre des portes sur un territoire où l’accès aux équipements n’est pas toujours facilité.

_ Brève

Alors que cette semaine les élus se réunissent pour le Salon des Maires, la fonction de maire semble encore inaccessible pour beaucoup d'habitants. Comment rendre le politique plus facile à appréhender par les citoyens ?

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image