Ça fait l'actu !

Quand les artistes dénoncent le
mal-logement

Brève
La Rédaction , le 02 novembre 2017
Comme chaque année, le premier Novembre est le début de la trêve hivernale. Celle-ci dure 5 mois (jusqu’au 31 Mars) et a pour objectif de garantir aux locataires une période durant laquelle ils ne risquent pas d’être expulsés de leur logement. Il s’agit d’une initiative certes louable, qui protège les personnes qui risquent d’être délogées, mais qui démontre la triste réalité du mal-logement en France. Pour apporter leur soutien aux personnes défavorisées et soumises à un risque d’expulsion, de nombreux artistes s’engagent, à leur manière et sur différents supports.
Pendant l’été 2017 par exemple, plusieurs jeunes ont pu participer à un atelier de street-art de 9 jours, lors duquel des fresques murales ont été réalisées à l’aide de l’artiste KEJO. L’atelier s’est déroulé dans les jardins d’Emmaüs à Esteville, en Normandie. L’objectif était non-seulement d’apprendre des techniques de street-art aux enfants, mais bien de leur ouvrir les yeux sur les fonctions de la fondation Abbé Pierre (qui a fondé Emmaüs) et sur l’ampleur du mal-logement en France.

Plus récemment, le 18 Octobre 2017, ce sont des artistes musiciens et chanteurs qui ont participé à un concert organisé par la fondation Abbé Pierre à la Cigale (Paris), lors du festival « Abbé Road ». Parmi ces artistes, Black M, Georgio, Bigflo et Oli et d’autres ont pu donner de la voix pour ouvrir les oreilles des spectateurs et défendre la cause du logement, dont certains connaissent personnellement les enjeux.

Ces deux événements engagés sont le symbole d’une prise de conscience collective concernant la situation du logement en France, où plusieurs centaines de milliers de personnes sont encore mal-logées…

Hip-hop, rap, graffiti… le message véhiculé par ces arts populaires a historiquement l’ambition de dénoncer des situations alarmantes. Avec la question du mal-logement et l’émergence des arts de rue, il faut espérer que les yeux et les oreilles de tous pourront continuer à s’ouvrir et permettront d’apporter des solutions innovantes, des solutions qui viennent de la rue pour éviter que les gens y dorment.




Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Les enjeux environnementaux actuels nous concernent tous. Même à plus petite échelle, à celle des particuliers, chacun peut agir en faveur de la protection de l’environnement. C’est ce qu’on appelle la part du colibri. Cette part du colibri, c’est ce petit geste utile localement, mais qui doit être partagée à l’échelle du globe pour avancer ensemble vers une planète plus saine. Nous avons sélectionné ici trois françaises, qui apportent leur part du colibri pour l’environnement, à leur manière et à leur échelle, selon leurs compétences et leurs convictions.

_ Brève

À Toulouse, le collectif Cosmopolis travaille depuis plusieurs mois sur un projet qui permettra de rassembler toutes les classes sociales, tous les âges, à toutes les heures de la journée.

_ Brève

À Grenoble, chef lieu de l’Isère, le monde de l'Économie Sociale et Solidaire représente une part non négligeable de l’ensemble du marché du travail. Si bien que les employeurs de ce secteur représentent 14 %, et les employés 15 % !

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image