Ça fait l'actu !

À Notre-Dame-des-Landes, architectes et urbanistes défendent les modes d’habiter de la ZAD

Brève
La Rédaction , le 13 avril 2018
que la Zone à Défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes a été investie par les opposants à la construction d’un nouvel aéroport à proximité de Nantes, le lieu est devenu le territoire d’une véritable société qui se construit. Avec elle, les formes d’habitation, ainsi que les modèles agricoles et économiques qui s’y sont développés reflètent un comportement durable de ce qui pourrait définir la ville de demain.
Inspirés par cette nouvelle forme urbaine qui se dessine en milieu rural, de nombreux architectes et collectifs de professionnels ont diffusé une tribune et lancé une pétition afin de protéger ces « formes d’organisation collectives » qui ont déjà commencé à être détruites par les forces de l’ordre. Parmi ces têtes pensantes de l’architecture, Patrick Bouchain, Thierry Paquot, Philippe Madec, Dominique Gauzin-Müller, Alain Bornarel et les autres, veulent agir activement contre la destruction de la ZAD.

Les formes de société qui se développent actuellement sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes démontrent qu’il est possible de « vivre autrement, loin des scénarios étatiques d’une agriculture industrielle et standardisée, tant à travers des modes de construction autres que des façons d’imaginer un avenir viable et durable pour les territoires ruraux et agricoles. »

Il s’agit donc, à travers cette tribune et cette pétition, d’ouvrir les yeux sur les promesses qu’offre cette expérience sociale et architecturale face aux défis actuels de nos sociétés.

Vous pouvez retrouver la Tribune en cliquant ici, ou bien signer la pétition par là !

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Qui a dit que tous les villages vacances sont ringards ? Parrainé par Speedy Graphito, le projet Azurev'Art invite une trentaine d'artistes à repeindre ses bugalows. Un projet tout en couleurs !

_ Débat

L’architecture est un art. Elle est manipulée par les architectes à la manière d’un potier qui utilise ses mains pour concevoir une œuvre en argile. Fragile, la terre cuite doit être manipulée avec soin et les architectes agissent de la même manière sur leurs travaux délicats. Les bâtiments en deviennent ainsi parfois de véritables œuvres d’art, choyées par leurs concepteurs dont l’ambition initiale est d’attirer le public, de le surprendre, de l’étonner voire de l’interroger, de l’émerveiller peut-être, en tout cas de stimuler ses sens. Mais cette vision de l’architecture semble s’effacer progressivement, notamment depuis les courants modernistes du vingtième siècle qui poussent à construire une ville plus fonctionnelle, plus optimisée… L’architecture peut-elle donc, aujourd’hui encore, stimuler nos sens et nous procurer une certaine excitation sexuelle ?

_ Brève

L’accès aux mobilités n’est pas le même pour tous les citoyens. Personnes âgées, jeunes et personnes sans véhicule doivent s’adapter aux transports en commun, ou adopter des manières de vivre qui ne sont pas toujours simples lorsque l’on se situe en périphérie de ville ou en milieu rural.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image