Ça fait l'actu !

Pour une mobilité durable : la solution radicale de Singapour

Brève
La Rédaction , le 07 décembre 2017
De Paris à Mexico en passant par New-York, aujourd'hui, chaque ville a sa solution pour lutter contre les embouteillages et la pollution liés à la présence massive de la voiture. Quand certains mettent en place une circulation alternée ou une promotion des mobilités alternatives, d'autres, comme Singapour, usent des mesures plus radicales.
Depuis peu, Singapour a mis en place une politique assez radicale de lutte contre la voiture. Alors que plusieurs villes-monde cherchent des solutions soft, pédagogiques, la ville-Etat s'est positionnée de manière plus franche en s'attaquant fermement au porte-monnaie de ses automobilistes.

Aujourd'hui, pour être autorisé à circuler en voiture dans Singapour, une licence est nécessaire. Son prix, variable, dépend du type de véhicule et pourrait en faire sursauter plus d'un. Pour une berline moyenne gamme comptez environ 50.000 euros. Pour le bas de gamme, la licence est estimée à 31.000 euros. La licence est valable dix ans, après quoi elle doit être renouvelée ou la voiture retirée de la circulation.

Si les prix peuvent faire bondir, le bien fondé de la mesure reste sujet à débat. Sur certains points, celle-ci s'avère bénéfique. D'abord, une fluidification de la circulation a été notée. Aussi, l'argent récolté par cette taxe sera directement réinjecté dans l'amélioration des infrastructures de transports en commun.

Cependant, certaines questions sont posées. Cette taxe, très lourde, pourrait surtout être facteur de discrimination sociale. En effet, les ménages précaires ne seront plus en capacité de circuler en voiture, dans un Etat où les écarts sociaux sont déjà fortement marqués. Si les autres réseaux de transports vont être améliorés, cela pose une question de fond sur la volonté d'inclusion au sein d'une société. Aussi, la mesure pose une question culturelle. Serons-nous prêts à accepter et respecter ce genre de mesures dans d'autres sociétés, plus occidentales ?

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Et si demain, au lieu de prendre l'ascenseur pour monter les étages d'un gratte-ciel, on prenait le vélo? L'idée prête à sourire et pourtant c'est ce que propose Elena Larriba avec une bicyclette un peu étrange qui propose une alternative aux escaliers et aux ascenseurs, notamment dans les lieux contraints.

_ Brève

Toulouse Métropole créera sur l’Île du Ramier un grand parc. Le projet, initié en 2010, a passé une nouvelle étape le 4 octobre 2018, quand s’est tenue une réunion publique autour des orientations d’aménagement.

_ Brève

La municipalité a diffusé une vidéo qui incite les parisiens à ne pas uriner sur la voie publique. Campagne sarcastique ou message sincère ? En voici plus sur ce petit film en couleurs jaune vif.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image