Ça fait l'actu !

Pour une mobilité durable : la solution radicale de Singapour

Brève
La Rédaction , le 07 décembre 2017
De Paris à Mexico en passant par New-York, aujourd'hui, chaque ville a sa solution pour lutter contre les embouteillages et la pollution liés à la présence massive de la voiture. Quand certains mettent en place une circulation alternée ou une promotion des mobilités alternatives, d'autres, comme Singapour, usent des mesures plus radicales.
Depuis peu, Singapour a mis en place une politique assez radicale de lutte contre la voiture. Alors que plusieurs villes-monde cherchent des solutions soft, pédagogiques, la ville-Etat s'est positionnée de manière plus franche en s'attaquant fermement au porte-monnaie de ses automobilistes.

Aujourd'hui, pour être autorisé à circuler en voiture dans Singapour, une licence est nécessaire. Son prix, variable, dépend du type de véhicule et pourrait en faire sursauter plus d'un. Pour une berline moyenne gamme comptez environ 50.000 euros. Pour le bas de gamme, la licence est estimée à 31.000 euros. La licence est valable dix ans, après quoi elle doit être renouvelée ou la voiture retirée de la circulation.

Si les prix peuvent faire bondir, le bien fondé de la mesure reste sujet à débat. Sur certains points, celle-ci s'avère bénéfique. D'abord, une fluidification de la circulation a été notée. Aussi, l'argent récolté par cette taxe sera directement réinjecté dans l'amélioration des infrastructures de transports en commun.

Cependant, certaines questions sont posées. Cette taxe, très lourde, pourrait surtout être facteur de discrimination sociale. En effet, les ménages précaires ne seront plus en capacité de circuler en voiture, dans un Etat où les écarts sociaux sont déjà fortement marqués. Si les autres réseaux de transports vont être améliorés, cela pose une question de fond sur la volonté d'inclusion au sein d'une société. Aussi, la mesure pose une question culturelle. Serons-nous prêts à accepter et respecter ce genre de mesures dans d'autres sociétés, plus occidentales ?

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

Les états aussi peuvent agir pour l’environnement ! Emmanuel Macron a présenté mardi 12 Décembre son inquiétude devant les représentants du monde entier concernant les avancées en matière de transition énergétique. Si le bilan n’est globalement pas suffisant selon le président français, et qu’il semble clair que les engagements se mettent en place encore trop doucement, la Suède a en revanche très tôt fait preuve de lucidité et a su s’adapter à des enjeux qui étaient alors bien moins médiatisées qu’aujourd’hui.

_ Brève

Mardi 12 Décembre 2017, Emmanuel Macron accueillait à Boulogne-Billancourt une cinquantaine de représentants d’états, des entreprises, et des organisations afin de « faire le point » sur les Accords de Paris, 2 ans après leur signature. La COP21 de 2015 à Paris était en effet un événement majeur dans les négociations pour lutter contre le réchauffement climatique global.

_ Brève

La ville de Toulon est la « commune mère » de la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée. Celle-ci regroupe 12 communes principalement côtières, réparties de part et d’autre de la commune de Toulon. Mais au fait, à quoi sert une communauté d’agglomération ?

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image