Ça fait l'actu !

Quelle place pour les seniors dans nos villes ?

DĂ©bat
La RĂ©daction , le 12 novembre 2019
Aujourd’hui, ce sont environ un tiers des retraitĂ©s qui vivent dans les 10 plus grandes villes françaises. En milieu urbain, structures et associations se multiplient pour favoriser la contribution des seniors Ă  la vie collective. Entre partage de compĂ©tences, transmission de savoirs, colocations... dĂ©cryptage d’une tendance qui revalorise les liens entre les gĂ©nĂ©rations.
Les seniors, et plus particuliĂšrement les jeunes retraitĂ©s, sont de plus en plus nombreux Ă  rester actifs aprĂšs leur retraite. On compte d’ailleurs en France prĂšs de 6% des retraitĂ©s qui continuent Ă  travailler. ActivitĂ©s bĂ©nĂ©voles ou missions ponctuelles, l’échange et l’intĂ©gration des seniors dans la vie urbaine prend diverses formes. Ils constituent d’ailleurs aujourd’hui la premiĂšre force associative du pays !

De nombreuses initiatives, basĂ©es sur la rĂ©ciprocitĂ©, permettent ainsi aux gĂ©nĂ©rations plus jeunes de bĂ©nĂ©ficier de l’expĂ©rience acquise des seniors, tout en proposant un moment d’échange et de sociabilitĂ© entre les deux parties. Dans la mesure oĂč les jeunes retraitĂ©s constituent environ 20% de la population de grandes villes comme Paris, leur participation aux activitĂ©s et leur implication pour une vie urbaine mixte doit ĂȘtre valorisĂ©e.

Entre missions ponctuelles, associations et nouveaux projets, comment les retraitĂ©s s’insĂšrent-ils aujourd’hui dans la vie urbaine ? Quel rĂŽle jouent-ils dans la construction de la ville de demain ? Quels sont les services et dispositifs mis en place pour favoriser l’échange intergĂ©nĂ©rationnel ?

S’intĂ©grer dans la vie urbaine

De plus en plus de services urbains se dĂ©veloppent, pour proposer des activitĂ©s aux seniors. Par exemple, la Ville de Paris a mis en place une cartographie directement accessible sur internet qui recense toutes les activitĂ©s disponibles pour les habitants de 55 ans ou plus : sports, loisirs, activitĂ©s culturelles, cours sur le numĂ©rique, participation Ă  la vie sociale et citoyenne, le choix est large ! Elles sont rĂ©parties sur l’ensemble du territoire parisien. L’idĂ©e est de les faire participer Ă  la construction d’une communautĂ© urbaine, Ă  travers les diffĂ©rents biais que cela peut impliquer.

Par exemple, le dispositif Paris Sport Senior, propose aux plus de 55 ans d’accĂ©der gratuitement Ă  une offre complĂšte d’activitĂ©s sportives, dans tous les arrondissements. Il est ainsi possible de s’initier au taekwondo, Ă  l’aquagym, la marche nordique, le tennis
 Le matĂ©riel est fourni, pour favoriser l’accĂšs et encourager les seniors Ă  dĂ©couvrir de nouvelles sociabilitĂ©s. Dans la limite de 4500 places proposĂ©es, il y a donc 18 activitĂ©s dans 61 Ă©quipements diffĂ©rents.

D’autres initiatives permettent aux seniors de se tourner vers de nouvelles activitĂ©s qui impactent directement l’espace urbain. C’est le cas par exemple de “Merci Raymond” qui leur propose de participer au dĂ©veloppement de l’agriculture urbaine. Une activitĂ© en extĂ©rieur qui permet de revaloriser le paysage urbain, tout en promouvant de nouvelles maniĂšres de produire et de s’alimenter. Une maniĂšre de s’investir en ayant une incidence directe sur la qualitĂ© de vie en ville !

Les colocations intergénérationnelles, une réponse au problÚme du logement étudiant ?

Dans une logique encore plus inclusive, ces derniĂšres annĂ©es ont vu le rĂ©el dĂ©veloppement des colocations intergĂ©nĂ©rationnelles. DĂšs 1981 est fondĂ© Ă  Lille l’association GĂ©nĂ©ration et Cultures, avec son dispositif Un toit Ă  Partager, qui met en relation des 18-30 ans avec des retraitĂ©s vivants seuls, avec une chambre de libre. Le loyer, plafonnĂ© Ă  200 euros, est donc plus accessible pour Ă©tudiants et jeunes actifs.

Une solution qui permet de rĂ©pondre au problĂšme de logement des jeunes, notamment dans les grandes villes, et d’offrir de la compagnie aux seniors vivants seuls. Un moyen de lutter contre l’isolement de certaines personnes ĂągĂ©es. Ils peuvent s’entraider dans les tĂąches du quotidien, tout en bĂ©nĂ©ficiant chacun de leur espace. Cette pratique se retrouve de plus en plus dans les grandes villes comme Paris ou Lyon oĂč les loyers ne cessent d’augmenter. Les associations comme Un Toit 2 GĂ©nĂ©rations, Ensemble2gĂ©nĂ©rations, y participent d’ailleurs. En novembre 2018, la Loi Elan autorise ainsi la crĂ©ation d’un programme de colocation solidaire qui favorise ce type d’habitat.

Avec souvent un loyer relativement bas, les colocations intergĂ©nĂ©rationnelles laissent aux jeunes actifs et aux Ă©tudiants la possibilitĂ© d’habiter dans des quartiers centraux de grandes villes et Ă  moindre frais. C’est une solution Ă  la prĂ©caritĂ© du logement dans les grandes villes, que beaucoup trouvent trĂšs enrichissante, parce qu’elle met en valeur le lien social intergĂ©nĂ©rationnel. Une maniĂšre plus humaine d’optimiser l’espace disponible dans certains logements, en repensant nos modes d’habiter et nos liens sociaux !

La transmission d’un savoir-faire par les jeunes retraitĂ©s : des sociabilitĂ©s renouvelĂ©es en milieu urbain

Enfin, une multitude d’initiatives se basent sur le principe de la transmission de savoirs, d’expĂ©riences, de compĂ©tences acquises par les retraitĂ©s au cours de leur vie, auprĂšs des plus jeunes. La start-up rennaise Senext, par exemple, crĂ©Ă©e en mai 2016, a pour principe de faire partager l’expertise acquise par les jeunes retraitĂ©s, dans des missions ponctuelles en entreprise. BasĂ©es sur leur disponibilitĂ© et la flexibilitĂ© de l’intervention, ce principe donne la possibilitĂ© de garder un pied dans la vie active, sans pour autant s’engager sur le long terme.

LĂ  encore, les liens entre seniors, Ă©tudiants ou jeunes actifs sont renforcĂ©s : l’Entente des GĂ©nĂ©rations pour l’Emploi et l’Entreprise propose un accompagnement par des seniors de jeunes entrant sur le marchĂ© du travail. EntraĂźnement Ă  l’entretien d’embauche, construction de rĂ©seaux professionnels, CV, ces derniers ont beaucoup Ă  partager ! Certains projets sont d’ailleurs soutenus par l’éducation nationale, comme l’association Ensemble demain qui organise des ateliers pĂ©dagogiques intergĂ©nĂ©rationnels, notamment chez les jeunes enfants, dans prĂšs de 65 dĂ©partements. Les volontaires peuvent d’ailleurs aussi bien ĂȘtre des Ă©tudiants que des retraitĂ©s, ces derniers interviennent dans plusieurs disciplines.

Enfin, l’Outil en main, crĂ©Ă© en 1994, met en lien des artisans Ă  la retraite avec des enfants de 9 Ă  14 ans, pour les initier aux mĂ©tiers manuels. Ateliers qui sont donc des lieux de rassemblement et d’échanges, qui revalorisent les mĂ©tiers manuels artisanaux auprĂšs des jeunes gĂ©nĂ©rations. Cette idĂ©e de transmission peut donc prendre plusieurs formes. Ce que l’on retient, c’est que toutes ces initiatives sont basĂ©es sur une rĂ©elle idĂ©e de rĂ©ciprocitĂ©. Les seniors entretiennent ainsi une dynamique de rencontres et d’activitĂ©s, et les plus jeunes bĂ©nĂ©ficient de l’expĂ©rience de leurs aĂźnĂ©s, depuis l’école jusqu’à l’entrĂ©e dans la vie active !

Ainsi, la mixitĂ© gĂ©nĂ©rationnelle permet d’apporter des solutions face aux enjeux urbains actuels, autant que d’enrichir la vie sociale. S’il existe des modĂšles de ville comme Sun City, une gated-community pour retraitĂ©s oĂč les jeunes n’ont pas leur place, cette formule trouve encore assez peu d’écho en France, du moins Ă  cet extrĂȘme. NĂ©anmoins, la polarisation des populations plus ĂągĂ©es dans certaines villes cĂŽtiĂšres françaises soulĂšve quelques questions. Les villes ne gagneraient-elles pas plutĂŽt Ă  continuer d’encourager cette mixitĂ© intergĂ©nĂ©rationnelle ? Emploi, logement, culture, agriculture urbaine
 et si ces Ă©changes nourrissaient la ville de demain ?

Crédit photo de couverture @apx90 sur Unsplash

Vous aimerez aussi ...

_ BrĂšve

Depuis le 6 Juillet 2019, une librairie Ă©phĂ©mĂšre a fait son entrĂ©e sur le parvis de la Gare de Saint-Denis. Luc Pinto Barreto, rĂ©cemment reconverti dans le monde du livre, s’est lancĂ© un dĂ©fi : renforcer l’échange et le partage autour de sa passion, en amenant directement la lecture dans la rue.

_ BrĂšve

Le 19 Novembre 2019, la ville de Nantes intĂšgre le covoiturage Ă  son offre de transports publics . L’idĂ©e : rĂ©munĂ©rer les conducteurs, et proposer ce service au mĂȘme prix qu’un ticket de bus ou de tramway ! La mĂ©tropole de Nantes, l’exploitant du rĂ©seau de transports Semitan, et la start-up Klaxit, collaborent pour proposer un systĂšme innovant aux citoyens.

_ BrĂšve

À Montreuil, des enfants du centre de loisirs ont imaginĂ© et construit de nouveaux mobiliers urbains. AidĂ©s de deux designers suĂ©dois, ils ont Ă©tĂ© plusieurs Ă  participer et Ă  proposer des rĂ©alisations pour le moins insolites, pour apporter un peu de poĂ©sie dans l’espace public.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image