Ça fait l'actu !

SIMI – Le biomimétisme, une co-construction pluridisciplinaire : Rencontre avec Pauline Philippe

Portrait
La Rédaction , le 07 décembre 2018
Dans le cadre du SIMI (Salon de l'Immobilier d'entreprise), Lumières de la ville a interrogé quelques acteurs liés à l'immobilier pour prendre le pouls des tendances de demain du bâti de nos villes et leur place dans l'adaptation au changement climatique.
Pauline Philippe est chef de projets en biomimétisme et immobilier durable chez Elan, conseil en immobilier.

Qu’est-ce que le biomimétisme ?

Le biomimétisme est une méthode qui consiste à s’inspirer des principes du vivant afin de réaliser un immobilier durable, adaptable à chaque projet en fonction de ses enjeux. La méthode d’accompagnement à la démarche biomimétique, que j’ai développé chez Elan, se résume en 3 phases :

- Acculturation de l’approche bio-inspirée et identification des enjeux écosystémiques du projet
- Compréhension et transposition des modèles biologiques pour insuffler de nouvelles idées
- Faisabilité et implémentation des concepts développés dans le projet.

Quelle est la place du biomimétisme dans l’immobilier ?

Le biomimétisme est un sujet en devenir, apporteur de méthodes et de solutions pour la ville de demain. ELAN est une agence créative de conseil en immobilier qui s’articule autour de trois axes :

- Green planet, construire durablement (bas carbone, biomimétisme, économie circulaire, de biodiversité, de biophilie, de démarches de certifications, etc.)
- Digital way, utiliser le digital dans l’immobilier.
- User expérience, intégrer les usages au développement de projets.

Quels sont les enjeux et les freins du biomimétisme dans l’immobilier ?

Compte tenu des enjeux mondiaux actuels, il est urgent de concevoir autrement, de concevoir un immobilier régénératif à externalités positives bénéfique pour son environnement proche. L’objectif est de créer des synergies entre les bâtiments situés dans ce périmètre afin de réaliser un véritable écosystème. Les freins principaux au développement du biomimétisme sont l’éducation à la biologie, aujourd’hui peu présente dans le domaine universitaire.

Quelle évolution du biomimétisme dans l’immobilier ?

Cette année, la 3ème édition du salon Biomim Expo, organisée par New’ Corp et portée par le CEEBIOS (Centre Européen d’Excellence Européen du Biomimétisme de Senlis) a connu un attrait grandissant d’acteurs : professionnels de l’immobilier et de secteurs variés, développeurs de solutions biomimétiques, étudiants qui seront les professionnels de demain. Cette évolution illustre l’engouement pour le biomimétisme dans le domaine de l’immobilier.

De quoi l’immobilier d’aujourd’hui peut-il déjà s’inspirer  ?

Trois échelles caractérisent le biomimétisme. L’échelle des formes qui est surtout liée à l’architecture des bâtiments, l’échelle des matériaux qui correspond principalement aux innovations technologiques et l’échelle de l’écosystème qui permet de créer des cycles vertueux et de créer des échanges entre les entités urbaines. Le biomimétisme se travaille aussi à plusieurs échelles géographiques, que ce soit à l’échelle de l’immeuble qui peut avoir de multiples interactions internes mais aussi avec l’extérieur, ou à l’échelle de l’îlot et/ou du quartier.

Un projet biomimétique est nécessairement porté par une équipe pluridisciplinaire. Ecologue, biologiste, entomologiste sont des profils scientifiques qui s’intègrent au groupement pour concevoir un projet immobilier biomimétique aux côtés des architectes, paysagistes et maitres d’ouvrages convaincus de l’importance de l’engagement environnemental. Une acculturation à la connaissance du fonctionnement du vivant est une étape également incontournable pour s’inspirer de la nature.

Photo de couverture: bâtiment biomimétique, Arcueil - Lauréat du concours "Inventons la Métropole du Grand Paris"

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

D’une ampleur inattendue, le dernier incendie de Californie a ravagé la ville de Paradise brûlant tout sur son passage. C’est peut-être le plus impressionnant, mais il n’est pas le dernier en date. Avec la multiplication des feux de forêt, les villes se sentent aujourd’hui menacées. Pourtant l’urbanisation ne cesse d’augmenter, alors que faire pour prévenir ces catastrophes ?

_ Débat

La hausse du prix du carburant ou la prochaine limitation de la circulation des voitures diesels font débat depuis quelques jours. Ces mesures contestées par les automobilistes questionnent. Comment nos villes doivent-elles appréhender les enjeux environnementaux ? Mais surtout la transition énergétique pour se passer du pétrole ?

_ Brève

La fête Diwali a battu son plein à Delhi hier ! Mais au réveil, l’épais brouillard grisâtre laissait flotter une atmosphère de fin du monde. La ville a atteint une quantitée supérieur à 1.000 microgrammes par mètre cube de particules fines alors que l’OMS recommande de ne pas dépasser les 25 par jour. Un réveil un peu brutal pour les habitants, provoqué par les nombreux pétards des fêtards.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image