Ça fait l'actu !

Le vélo à hydrogène débarque en ville

Brève
La Rédaction , le 24 août 2018
L'énergie à hydrogène est en train de conquérir tous les modes de transport, au tour du vélo de rentrer dans la famille !
Il existait déjà la voiture à hydrogène ou le bus à hydrogène, alors forcément, on l’attendait et le voyait déjà débarquer dans nos villes !

Voici le vélo électrique à hydrogène ! Il pourrait à l’avenir remplacer les vélos électriques qui ont gagné en popularité ces dernières années. Fini l’inconvénient des recharges de plusieurs heures et l’autonomie limitée. Le vélo à hydrogène permet une recharge en 1 à 2 minutes, ainsi qu’une autonomie supérieure avec pour l’instant une recharge qui permet de parcourir 100km.

C’est la société basque Pragma Industries qui a conçu le vélo à moteur hydrogène, lancé par une campagne de crowdfunding ayant récolté 830 000 euros alors qu’elle n’en attendait que 300 000.

Dans son principe, c’est un vélo à moteur électrique, mais au lieu d’une batterie électrique, ici on trouvera une bouteille d’hydrogène qui fournit l’énergie, pour un résultat bien plus efficace.

Pour l’instant en phase d’expérimentation, il n’existe qu’une centaine de vélos de ce type, à coût trop élevé pour des particuliers (7.500 euros). De plus, il nécessite de mettre en place des bornes de recharge à hydrogène.

Cela séduit déjà plusieurs collectivités ! Ainsi après Saint-Lô et Cherbourg dans la Manche en décembre 2017, d’autres villes ont pris le pas, comme à Chambéry et à Biarritz. Seuls quelques chanceux sélectionnés peuvent pour le moment profiter de ces nouveaux vélos. Les communes ont installé des bornes de recharges fournies par la société Atawey, spécialisée dans l’énergie hydrogène, pour certaines connectées au réseau électrique, ou dans le cas de Chambéry, autonomes par recharge solaire.

Pierre Forté, PDG de Pragma Industries avec les vélos à hydrogène

Pour être totalement propre, il faut donc que l'électricité servant à produire l’hydrogène soit elle-même produite proprement (par des énergies renouvelables), sans quoi l’utilisation de l’hydrogène est aussi polluante que le pétrole.

Si la production d’hydrogène se fait dans ce sens, le couple “énergies renouvelables” et hydrogène pourrait être la solution énergétique de demain. En effet, en associant les deux, on peut à la fois solutionner le problème de stockage des énergies renouvelables comme l’éolien, l’hydraulique, le solaire… et produire un combustible propre pouvant remplacer les carburants polluants, puisque l’hydrogène ne relâche dans l’air que de l’eau ! Un circuit de production énergétique parfaitement propre et renouvelable donc, même s’il reste évidemment la pollution liée à la fabrication des piles.

La société basque Pragma Industries espère donc concevoir un vélo plus accessible au particulier, avec un autre mode de production de l’hydrogène, non plus en utilisant des bornes de recharge, mais directement pendant que l’on roulera ! Les utilisateurs seraient ainsi indépendants de ces dernières encore peu développées sur le territoire.

D’ailleurs, la France veut être à la pointe de cette technologie et le Ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a d’ailleurs lancé le 1er juin 2018 dernier, un plan de déploiement de l’hydrogène afin de financer le développement de la filière. Cette nouvelle énergie pourrait donc à l’avenir devenir courante dans nos villes ! Et cela pour le plus grand plaisir de nos poumons !

Vous aimerez aussi ...

_ Brève

La fête Diwali a battu son plein à Delhi hier ! Mais au réveil, l’épais brouillard grisâtre laissait flotter une atmosphère de fin du monde. La ville a atteint une quantitée supérieur à 1.000 microgrammes par mètre cube de particules fines alors que l’OMS recommande de ne pas dépasser les 25 par jour. Un réveil un peu brutal pour les habitants, provoqué par les nombreux pétards des fêtards.

_ Débat

Pour fluidifier le trafic et pour limiter la pollution, le projet de Loi Mobilité s’intéresse aux transports autoroutiers et aux nouvelles mobilités. Les modes de déplacement plus traditionnels comme le transport en commun, le vélo ou le piéton n’y font que de timides apparitions. Pourtant, le péage urbain proposé questionne l’agencement de toutes les mobilités pour davantage d’inclusivité.

_ Brève

La deuxième version de l’avant-projet de loi mobilité présentée au Conseil d’Etat début octobre a été dévoilée par le média contexte transport et sera soumise au Conseil des ministres début novembre. Mais sur quoi porte-t-elle exactement ? Spoiler : elle mise principalement sur des mesures pour fluidifier le trafic et limiter la pollution.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image