Ça fait l'actu !

A Istanbul, on paie son ticket de métro avec des bouteilles en plastique

Brève
La Rédaction , le 07 mai 2019
Depuis plus de 6 mois, les Istanbuliotes peuvent désormais acheter leurs titres de transports en recyclant des bouteilles plastiques. Une expérimentation originale de la municipalité pour sensibiliser les habitants au recyclage !
Avec 15 millions d’habitants, Istanbul est l’une des villes les plus peuplées d’Europe. Elle fait pourtant partie du pays qui affiche le pire taux du continent en termes de recyclage de matière plastique selon le rapport du groupe de conseil Expert market en 2007. Pour pallier à cette problématique, dans ce pays où les préoccupations environnementales n’ont pas été la priorité pendant de nombreuses années, la municipalité met en place des micro-initiatives pédagogiques afin de modifier les pratiques habitantes et ainsi faire du recyclage une nouvelle priorité !



En partenariat avec la société Isbak, la ville expérimente donc un nouveau moyen de payer son titre de transport. En installant plusieurs machines dans les stations de métro d’Istanbul, les usagers peuvent désormais créditer leur carte de transport en ramenant des bouteilles en plastique ou canettes en aluminium dans le but de les recycler. Chaque bouteille déposée rapporte quelques centimes à l’usager : même si la quantité de bouteilles doit être importante pour arriver à obtenir un ticket plein tarif, permettant de se diriger en banlieue de la ville (28 bouteilles d’un litre environ), l’initiative se veut surtout pédagogique et cherche à encourager les pratiques écologiques dans la ville. Les utilisateurs les plus actifs se verront d’ailleurs récompenser de réductions proposées par la municipalité pour des places au théâtre par exemple.

Déjà initiée à Pékin, ainsi qu’à Surabaya en Indonésie ou encore Sydney, cette initiative prouve qu’il est possible d’utiliser le recyclage pour améliorer la qualité de vie des habitants des grandes villes. A l’heure où des municipalités françaises se posent la question de la gratuité des transports en commun dans leurs villes, cette expérimentation pourrait être un bon moyen d’allier réduction des coûts de transports tout incitant les usagers à intégrer le recyclage dans leurs modes de consommation.

Photo de couverture - Unsplash

Vous aimerez aussi ...

_ Débat

Dans un rapport sur la question de biodiversité publié le 6 mai dernier, 150 experts de l’ONU sonnent l’alarme : environ un million d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction. Dans un monde où la part d’espaces urbanisés croît chaque année, est-ce que la ville peut se mettre au service de la protection de celles-ci et favoriser la biodiversité urbaine ?

_ Brève

Souvent considérée comme nuisible, avec ses moustiques, ses rats et ses blattes, la biodiversité en ville n’a pas toujours une bonne image. Pourtant, bien au delà de son aspect attirant, à l’image des parcs et jardins, la biodiversité possède un rôle fonctionnel incontournable où chaque espèce à sa place.

_ Brève

Depuis 2 ans, la ville de Mons-en-Barœul accueille de nouveaux résidents pas comme les autres. Situé en bas des tours du quartier du Nouveau Mons, un poulailler abrite 14 poules pour le plus grand plaisir des habitants. Derrière l’aspect ludique se cache un véritable enjeu : celui de lutter contre le dépôt de déchets dans les rues.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE


CAPTCHA Image
Reload Image